Bel'm affronte la baisse d'activité

 |   |  517  mots
Le fabricant de portes d'entrée a anticipé la crise et mis ses salariés aux 39 heures dès 2008. Résultat : le chômage partiel a été évité.

Fabienne Proux,

à Nantes

Le bâtiment souffre, mais Bel'm résiste. Avec le quart du marché hexagonal, l'industriel nantais fait partie des premiers fabricants français de portes d'entrée pour la maison individuelle, qu'il décline en bois, acier, aluminium et fibres de verre. Progressant de 10 % à 20 % par an depuis la reprise de l'entreprise par Yann Rolland en 1995, les ventes ont toutefois marqué le pas l'an dernier. De fait, la croissance s'est limitée à 5 % sur l'exercice 2007-2008 (clos au 31 août), soit un chiffre d'affaires de 72,9 millions d'euros contre 69,3 millions en 2006-2007, assorti d'un résultat net de 7 % à 8 %. Après une activité atone fin 2008, les ventes ont chuté de 8 % à 15 % en janvier et février par rapport à la même période de 2008. Conséquence : la production ne devrait pas dépasser les 70.000 unités en 2009 contre 80.000 en temps normal. Mais le dirigeant avait anticipé ce ralentissement de l'activité et pris dès l'an dernier les mesures adaptées.

un rôle fédérateur

Certes, une quarantaine de CDD n'ont pas été reconduits et les intérimaires ont quitté les 4 ateliers de production de Machecoul (2 usines dédiées au bois et l'aluminium), Roanne (bois et acier) et Ussel en Corrèze (aluminium), mais le chômage partiel devrait être évité jusqu'en septembre. « Les salariés ont accepté de travailler 39 heures par semaine en 2008 », détaille Yann Rolland, président du groupe Bel'm et principal actionnaire aux côtés des salariés (13 %) et d'un pool d'investisseurs (IPO, Ouest Croissance, Sodero Participations).

Ainsi ils ont accumulé un quota important d'heures supplémentaires dont une partie a été payée et l'autre (une vingtaine) est transférée et récupérable sur 2009. « Cela a été rendu possible par notre démarche RSE [responsabilité sociale et environnementale] qui joue un rôle fédérateur auprès des salariés », tient à préciser le dirigeant. Convaincu que le développement de son entreprise ne pourra se faire que « s'il est économiquement efficace, socialement équitable et écologiquement durable », Yann Rolland a engagé Bel'm dans un cercle vertueux impliquant tous les niveaux de la PME. Ainsi, la dernière innovation de porte en aluminium a été conçue sur ce schéma en détaillant point par point le cycle de vie du produit. « Ce diagnostic a montré que c'est en améliorant l'isolation thermique de la porte que l'on réalisait le plus d'économie d'énergie, à savoir 500 kilogrammes équivalent dioxyde de carbone », détaille Yann Rolland.

Toutefois, des efforts sont menés sur toute la chaîne de production : achats responsables, réduction des emballages, utilisation de palettes de transport métalliques au lieu du bois? Autant d'économies tombant à point nommé pour passer le trou d'air qui ne devrait toutefois pas s'éterniser. « Nous enregistrons une légère reprise depuis mars et comptons profiter du prêt à taux zéro puisque la porte d'entrée est désormais éligible à cette mesure », annonce Yann Rolland, qui prévoit comme axes de développement des acquisitions sur des métiers complémentaires tels que le design ou le process. n

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :