Des peintures chez Toiles de Mayenne

 |  | 527 mots
Lecture 3 min.
Pour compléter son offre en matière de décoration, le groupe propose désormais une gamme de couleurs à son nom.

à côté des rouleaux de tissus, rideaux prêts à poser et objets de décoration, des présentoirs à peinture ont fait leur apparition dans les boutiques Toiles de Mayenne. Depuis le mois de mars, l'entreprise mayennaise propose à ses clients une gamme de 120 couleurs, déclinée en trois qualités.

Voilà plusieurs années déjà que Toiles de Mayenne réfléchit à cette offre. « Nos clients en magasin venaient avec des échantillons de peinture pour pouvoir y assortir les tissus qu'ils achetaient », raconte son PDG, Grégoire Denis. L'entreprise a donc écouté ses clients. En janvier 2007, elle lance un test en disposant dans ses magasins des présentoirs d'un éditeur de peinture.

Grégoire Denis se montre très discret sur les résultats chiffrés de cette expérience. « Les ventes représentent une part non négligeable du chiffre d'affaires de chaque magasin », se borne-t-il à indiquer. Elles sont en tout cas suffisamment importantes pour que Toiles de Mayenne se lance dans l'aventure avec ses propres peintures. Outre la contribution au développement de l'activité, le dirigeant y voit trois autres avantages. « Le premier intérêt est d'avoir notre marque dans nos magasins, le deuxième d'avoir une proposition complémentaire auprès de notre clientèle d'architectes-décorateurs et le troisième est de nous apporter des éléments de communication pour la presse de décoration. »

Toiles de Mayenne a donc investi un total de 100.000 euros pour développer cette activité, entre l'achat d'une machine à teinter, d'un mélangeur et le marketing. À l'instar des tissus, elle a en vue d'offrir un service complet, passer des partenariats avec des professionnels, en l'occurrence des peintres applicateurs. La société a déployé sa nouvelle offre dans l'ensemble de ses magasins détenus en propre ainsi qu'auprès des franchisés. Toiles de Mayenne a également lancé ses peintures dans les boutiques de son partenaire italien Cantori ainsi qu'en Allemagne via le réseau de magasins Tissus Colbert, acquis l'an dernier.

D'autres pays, tels que la Belgique, les Pays-Bas ou encore l'Autriche, vont bientôt être servis.

La mise en place de cette offre coïncide avec une année que Toiles de Mayenne aborde avec prudence. Si la société a vu son chiffre d'affaires progresser de 5 % en 2008 pour atteindre 11,8 millions d'euros, elle prévoit cette année une baisse de son chiffre entre 7 % et 10 %. Dans une période d'incertitude, Toiles de Mayenne fait le dos rond. « Nous avons travaillé sur la gestion de nos flux pour dégager de la productivité, souligne Grégoire Denis, et nous avons mis entre parenthèses notre plan de développement en stoppant l'ouverture de magasins en propre. » Ainsi, l'arrivée de Toiles de Mayenne à Londres a-t-elle été reportée sine die.

Pour autant, l'entreprise continue dans la voie de l'innovation. Elle vient de lancer des tissus bio. À l'inverse de la peinture où la demande des clients était là, la société mayennaise le fait d'abord par conviction. « Mais nous pensons que cela répond à des demandes qui ne se sont pas encore exprimées », tient à nuancer Grégoire Denis. n

pays de la Loire/décoration

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :