Tourisme industriel

Amphithéâtre ouvert sur la mer, avec trois étages ? monts des Cévennes et de la montagne Noire, garrigues et littoral ?, le Languedoc-Roussillon a laissé son économie se tourner au fil du temps vers le grand large. Une économie qui porte encore largement les traces de ses divers occupants, Romains, Arabes, Espagnols... La viticulture, dont l'essor au XIXe siècle fut favorisé par le développement des chemins de fer, domine. Plusieurs mois de vacances ne suffiraient pas pour visiter toutes les caves et châteaux de ce qui reste le plus grand vignoble d'Europe. L'irrigation issue du Bas-Rhône à partir des années 1950 a permis de développer la culture de fruits et légumes. Côté industriel, l'arrivée d'IBM en 1965 et une volonté jamais démentie de « Montpellier la surdouée » d'attirer des entreprises innovantes a suscité l'émergence d'un tissu de petites entreprises autour des technologies les plus pointues. À l'écart de la révolution industrielle, la région ne compte pas d'industrie lourde. Seul le département du Gard, dans les Cévennes, a eu son heure de gloire industrielle, minière et textile, qui ne s'est éteinte que très récemment. Paradoxalement, les entreprises centenaires aux savoir-faire remarquablement conservés ne manquent pas, tels Noilly Prat à Marseillan (Hérault), Les Anchois Desclaux à Collioure (Pyrénées-Orientales) ou quelques succès industriels plus récents comme Perrier, Haribo ou les chocolats Cémoi. Anne-Isabelle Six

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.