AC International peaufine sa restructuration

Le groupe d'ingénierie reprend Bee-Structure 3000 et réorganise sa gouvernance pour relancer la croissance de ses six filiales.
(Crédits : dr)

lorraine/ingénierie

Victime d'un accident de parcours, Bee-Structure 3000 présentait une compétence devenue rare en matière de constructions métalliques. Restructurées, les deux entités conserveront leur nom et apporteront au groupe les compétences de 21 techniciens », annonce Jean-Luc Dehuysser, directeur général d'AC International. Le groupe entend rapatrier ses 47 salariés messins à l'ancien siège social de Bee, sur la technopole de Metz. La reprise de ce spécialiste des constructions industrielles, durement touché par des retards de commandes dans le domaine de l'automobile, ouvrira à AC International des débouchés dans la construction industrielle et la promotion privée. Pour l'heure, le groupe, fondé voici vingt ans par Alain Caselli, réalise 80 % de son chiffre d'affaires (20 millions d'euros l'an dernier) grâce à la commande publique, essentiellement dans le logement social et la maintenance patrimoniale.

large Offre de services

Nommé en octobre dernier à la direction générale, Jean-Luc Dehuysser, ingénieur d'État et ancien directeur technique du conseil général du Pas-de-Calais, met en place une nouvelle gouvernance pour redynamiser le groupe. Le holding luxembourgeois AC International prospecte les marchés européens du logement, notamment au Pays basque espagnol et en Italie. L'activité ingénierie, qui a représenté l'an dernier 8 millions d'euros, se répartit entre AC Ingénierie Est, à Metz, et une structure francilienne de 28 personnes. Dans l'ancien bassin minier est-mosellan, Coréal (16 salariés) cultive depuis une décennie son savoir-faire en matière d'implantations industrielles clés en main et étend progressivement son activité à toute la Lorraine.

Le pôle services et développement durable se répartit entre Lightec, spécialiste de la lumière basé à Charenton (Val-de-Marne), et Alliage, qui développe depuis Marseille une activité de maintenance préventive et réglementaire des bâtiments publics. Déjà présente auprès de conseils généraux et de bailleurs sociaux, l'entreprise cible les marchés universitaires grâce à sa nouvelle plate-forme collaborative, Batigam. Présentant de belles références de mise en valeur de monuments historiques, Lightec se diversifie dans une « charte lumière » destinée aux bailleurs sociaux.

« Présents dès la conception du projet et intervenant jusqu'à la maintenance des bâtiments, nous proposons à nos clients une offre large et un savoir-faire très pointu, estime Jean-Luc Dehuysser. La diversité de notre clientèle doit nous permettre de rééquilibrer l'activité si nécessaire et de garder le cap en dépit de la crise. » AC International n'exclut pas de nouvelles acquisitions, sans pour autant viser à devenir un grand groupe. À Metz, sa proximité du chantier lui a permis de reprendre dans des conditions acrobatiques le pilotage de la dernière phase des travaux du Centre Pompidou. n

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.