Manuloc pousse ses chariots à l'Est

 |   |  491  mots
(Crédits : dr)
Le groupe accompagne les délocalisations de ses clients et duplique son modèle en Pologne et en Roumanie.

lorraine/mécanique

Propriétaire et présidente de Manuloc, basé à Woippy (Moselle), Catherine Barthélémy n'est pas peu fière de revendiquer l'indépendance stratégique et financière de son entreprise. Initialement succursale d'un fabricant de chariots américain, le groupe spécialisé dans la manutention par chariots élévateurs a pris à contre-pied un marché jusqu'alors façonné par des marques veillant jalousement à leur chasse gardée. Le groupe emploie aujourd'hui 700 salariés répartis en 25 succursales et s'affiche résolument multimarque.

« Exclusivement centré sur les demandes de nos clients, nous leur proposons des solutions de manutention faisant appel à la globalité de l'offre européenne et sommes en mesure d'assurer l'entretien et la réparation de toutes les marques », insiste Catherine Barthélémy. La volonté affichée de s'affranchir de leurs prérogatives a fait grincer des dents les constructeurs de chariots, dont certains refusent, aujourd'hui encore, de vendre du matériel à cet encombrant partenaire. Mais les clients paraissent séduits par un service polyvalent offrant le choix entre la vente ou la location et englobant l'externalisation du parc, l'optimisation des coûts et même le financement.

En début d'année, alors que nombre de clients de Manuloc voyaient leur activité baisser, le groupe a mis au point l'offre Optiloc proposant un échelonnement des coûts de location ou le rachat cash des matériels en surnombre. Le groupe gère un parc de 20.000 chariots et en possède 9.000 en propre, soit une valeur de 200 millions d'euros. Il prévoit pour 2009 un chiffre d'affaires de 180 millions d'euros, soit un recul de 10 % dans un marché en récession de près de 50 %.

Clientèle variée

Fondée en 1967 à Woippy, la Sermat, berceau du groupe, a étrenné ses premiers marchés industriels avec l'usine de canalisations Saint-Gobain Pam de Pont-à-Mousson (Meurthe-et-Moselle). Une première croissance externe en Alsace en 1985 lui a conféré une dimension régionale. Cinq ans plus tard, Manuloc rachetait le réseau national du loueur australien de chariots Brambles.

Le groupe commence à sortir de ses frontières et a réalisé en moins d'un an trois implantations en Pologne, en Roumanie et en Suisse. Manuloc Polska, qui emploie 25 salariés, accompagne des clients français en Pologne tout en y développant la vision industrielle de la manutention mise au point en France. En Roumanie, Manuloc a répondu au pied levé à la demande de Dacia, filiale de Renault, qui souhaitait externaliser l'ensemble de son parc. En Suisse, le fabricant d'aluminium Alcan (groupe Rio Tinto) a invité son prestataire à le suivre sur son site de Sierre, dans le canton du Valais.

Du garagiste de quartier à la RATP en passant par les leaders de la grande distribution, la clientèle de Manuloc présente une variété infinie. Catherine Barthélémy, qui a organisé une succession en famille, voit dans ce kaléidoscope d'usagers potentiels une marge de progression quasi illimitée. n

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/10/2009 à 17:13 :
C'est un vrai plaisir de voir qu'en se temps de crise, des PME françaises peuvent braver la tempête et maintenir le cap. Félicitation à Catherine Barthélémy pour la gestion de son entreprise et sa vision.
Merci pour cette bouffé d'oxygène!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :