Le Petit Cuisinier se dote d'un nouvel outil

L'industriel a investi 15 millions d'euros pour doubler sa capacité de production à Vitry-en-Artois entre Douai et Arras.

2 mn

(Crédits : DR)

nord-pas-de-Calais/agroalimentaire

La nouvelle usine de 8.400 mètres carrés dont Le Petit Cuisinier vient de se doter à Vitry-en-Artois (Pas-de-Calais) va porter à 8.000 tonnes la capacité de production annuelle de cette entreprise rattachée à l'Association familiale Mulliez (AFM) via le groupe Agapes Restauration dont font partie d'autres enseignes telles que Pizza Paï, Flunch ou Amarine.

Créé en 1986 à Hénin-Beaumont par Gérard Mulliez pour fabriquer des plats cuisinés à destination de la restauration et des grandes surfaces, Le Petit Cuisinier (120 salariés) a réalisé en 2008 un chiffre d'affaires de 20 millions d'euros. Un chiffre qui devrait croître de 4 % à 5 % cette année pour un tonnage de production en hausse de + 10 %, grâce au développement des ventes sur le marché de la restauration hors foyer, celles en grandes et moyennes surfaces (GMS) ayant stagné. La construction du nouveau site a coûté 15 millions d'euros en comptant l'achat du terrain. L'entreprise a bénéficié de 1,8 million d'euros d'aides. Les travaux n'ont duré que 318 jours et le déménagement d'Hénin-Beaumont n'a pris qu'une dizaine de jours fin septembre? sans que la production s'arrête un seul jour.

« Il se consomme 9 milliards de repas chaque année en France. Nous n'en produisons que 27 millions pour l'instant. Notre marge de progression est énorme », souligne Lionel Strypsteen, président d'Agapes Express, la branche « nomade » du groupe Agapes dont fait partie Le Petit Cuisinier ainsi que l'usine alsacienne Charcuterie Vallée de la Bruche.

montée en puissance

La direction se donne cinq ans pour que son usine de Vitry-en-Artois tourne à pleine capacité. Elle pourrait alors s'agrandir. Toujours sur le même site puisqu'il s'étend sur six hectares. Dès 2013, les effectifs devraient monter à 170 salariés. La production de produits surgelés passerait dans le même temps de 2 % à 20 %. Celle du bio devrait prendre de l'ampleur.

La part du chiffre d'affaires réalisé à l'export devrait avoisiner les 20 %, contre 8 % cette année. Le Petit Cuisinier vend déjà en Belgique, en Russie, en Pologne, au Portugal, en Espagne et en Italie. À l'international, les ventes se font surtout sur le marché de la restauration commerciale.

Geneviève Hermann, à Lille

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.