Socomec se diversifie mais maintient sa stratégie

 |   |  462  mots
(Crédits : DR)
Spécialiste des systèmes de protection électrique et des onduleurs, le fabricant crée une troisième division dédiée à la production photovoltaïque.

En portant Ivan Steyert, arrière-petit-fils du fondateur, à sa présidence, Socomec a confirmé cette année sa stratégie familiale et sa volonté d'indépendance. Face aux multispécialistes industriels, dominant dans les installations pour le contrôle et la sécurité de l'énergie électrique, cette très belle entreprise de 2.473 salariés située à Benfeld (Bas-Rhin) parie sur une spécialisation par niches de marché. « La continuité de notre stratégie ne s'est pas démentie en période de crise, observe Michael Carter, directeur général de Socomec. L'actionnariat familial crée les conditions pour gagner des parts de marché. »

actionnariat familial

Malgré un chiffre d'affaires en contraction de 5,6 % à 310 millions d'euros, sur un marché en recul de 15 %, selon le syndicat de branche Gimelec, Socomec est parvenu à réduire son endettement à néant. 80 cadres avaient été embauchés en France en 2008, juste avant la crise qui affecte l'investissement industriel et tertiaire, dont dépendent ses carnets de commandes. L'actionnariat familial, composé de 30 cousins descendants du fondateur, s'accorde à ne retirer que les dividendes nécessaires au paiement de l'impôt. Les filiales industrielles et commerciales internationales, présentes dans 20 pays (65 % du chiffre d'affaires à l'export), se financent grâce à un système de mutualisation des trésoreries piloté depuis Benfeld. Les frais généraux ont été comprimés en 2009, mais le budget de R&D (10 % du chiffre d'affaires) n'a pas été amputé. Des prestations de services à des industriels tiers, fournies par le laboratoire de puissance et le centre d'essais de compatibilité électromagnétique, ont permis d'optimiser l'utilisation des outils de recherche.

Socomec exerce deux métiers complémentaires liés à l'équipement électrique. Les systèmes de coupure et de protection, spécialité initiale de l'entreprise, assurent la moitié de son chiffre d'affaires. Créée en 1968, l'activité onduleurs représente l'autre part de son activité. L'effort de recherche consacré depuis 2008 à la production photovoltaïque promet l'émergence d'un troisième métier chez Socomec. La gamme d'onduleurs photovoltaïques, de systèmes de mesure et de comptage en cours de lancement dans l'usine italienne et à Benfeld « représentera entre 4 et 5 millions d'euros de chiffre d'affaires cette année », selon Michael Carter, et 10 % de son activité à plus longue échéance.

une usine en Chine

En attendant les résultats de cette diversification, Socomec accompagnera l'expansion du marché asiatique de l'équipement électrique en construisant une usine d'onduleurs en Chine, et renforcera son réseau commercial : les distributeurs chinois, vietnamien et roumain viennent d'être intégrés. Après une progression de 7 % du chiffre d'affaires au premier trimestre, Socomec table sur un budget 2010 en hausse de 8,7 %. « Nous manquons de visibilité sur le deuxième semestre 2010, mais si le marché reprend, nous pourrions même faire mieux», veut croire Michael Carter. n

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :