La fibre écologique des revêtements intérieurs

 |   |  374  mots
Isolants, moquettes et peintures limitent la présence de polluants afin d'être plus respectueux de l'environnement et de la santé humaine.

 L'augmentation des performances énergétiques du bâtiment passe par une meilleure étanchéité. Dans ce contexte les maîtres d'ouvrage doivent veiller à bien ventiler des locaux de sorte à évacuer les polluants présents. Une pratique qui jouera en faveur des biomatériaux comme ces panneaux Isonat + de Buitex qui associent chanvre et fibre de bois. « Les biomatériaux doivent encore faire leurs preuves en termes de performance voire même d'innocuité », prévient le cabinet de conseils en marketing Alcimed. « Demain, mesurer la qualité de l'air intérieur sera aussi fréquent que de mesurer l'acoustique ou la thermique des bâtiments », prédit Anne Sophie Perrissin-Frabert, présidente de l'association HQE (haute qualité environnementale). Celle-ci recommande d'utiliser les fiches de déclaration environnementale et sanitaire fournies par les fabricants qui, de leur côté, ont déjà diminué, voire supprimé, la présence de COV (composés organiques volatils) et formaldéhydes dans leurs produits.

Knauf propose ainsi une gamme de laines minérales Ecose Technology dont le liant, à base de composés végétaux, évite la présence de formaldéhydes, phénols et acryliques. Du côté des revêtements de sol, F-Createc se démarque avec un matériau souple et compact résultant d'un mélange de minéraux naturels et de polymères thermoplastiques. Résultat, il est dépourvu de métaux lourds, de chlore, de PVC ou encore de plastifiants. Le fabricant de moquettes Ege joue aussi la fibre écologique avec les dalles Econyl 70 comprenant au moins 70 % de matières recyclées. Sans bitume ni PVC, elles sont notamment certifiées ISO 14000 (environnement) et Oshas 18000 (santé au travail).

Performances comparables

En vue de la législation COV 2010, les peintures ont évolué vers des formulations en phase aqueuse. Certaines offrent des performances comparables aux générations précédentes, selon Alcimed. Idem pour les peintures techniques. Destinées à décorer les supports bois, la peinture laque satinée Rubbol Satura Plus de Sikkens abaisse son taux de COV (composés organiques volatils) de 400 grammes/litre à 300 g/l. Enfin, dans un autre registre, les toiles à peindre Novelio CleanAir de Saint-Gobain veulent capter et éliminer jusqu'à 70 % de certains COV présents dans l'air. Sacré défi !

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :