Les inventaires en quasi-temps réel

 |   |  328  mots
Une solution développée par IBM a permis de réduire le délai nécessaire pour inventorier 10.000 équipements de cinquante heures à un peu plus de quatre heures.

« La RFID es t une des technologies qui permet de capter l'information, mais son principal intérêt est de permettre des entrées semi ou entièrement automatisées et une meilleure visibilité, donc une meilleure "mesurabilité" des inventaires », explique Marc de Fréminville, responsable des ventes des solutions Sensor chez IBM France. En effet, cette technologie permet, outre la capture et le traitement des événements et de la traçabilité, d'intégrer des applications proches d'usages métier spécifiques. IBM a ainsi développé une solution dédiée à l'inventaire des centres informatiques, à partir des besoins de ses propres centres. L'utilisation d'une solution RFID a ainsi permis de réduire le délai d'inventaire nécessaire pour 10.000 équipements de cinquante heures à un peu plus de quatre heures.

L'informatique n'est bien sûr pas le seul secteur concerné. L'aéronautique en est un autre exemple. Le site Airbus de Hambourg est en phase de déploiement d'une demi-douzaine d'applications RFID aussi bien pour gérer l'inventaire des emballages recyclables que pour l'inventaire des équipements de sécurité à bord des avions. Des tâches qui prennent beaucoup de temps manuellement alors que les gains sont immédiatement quantifiables. « Le nombre d'emballages utilisés sur ce site a été réduit de 8 % avec la RFID, confirme Marc de Fréminville. De même pour l'inventaire des gilets de sauvetage et des emballages de sièges qui est passé d'une dizaine d'heures à moins d'une demi-heure. »

Economies

Des gains opérationnels nets qui permettent d'améliorer rapidement et simplement la visibilité sur la supply chain. « Il ne faut pas non plus négliger un autre levier, la gestion du risque et le coût d'un rappel de produit, insiste Marc de Fréminville. Et cela concerne aussi bien les industriels que la grande distribution. » IBM travaille d'ailleurs en collaboration avec des groupes comme Carrefour au sein de pôles de compétitivité sur des projets pilotes dans ce domaine.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :