Bjarne Corydon : "La zone euro doit régler elle-même ses problèmes"

 |  | 1325 mots
Lecture 6 min.
Bjarne Corydon : Aucun pays de l'UE n'a relancé autant son économie que le Danemark.
Bjarne Corydon : "Aucun pays de l'UE n'a relancé autant son économie que le Danemark."
Bjarne Corydon, ministre des Finances du Danemark, estime que son pays, non-membre de la zone euro, a tout fait durant sa présidence de l'UE - qui vient de s'achever - pour maintenir le principe de la coopération dans l'ensemble de l'UE. Il évoque aussi les « recettes » du plan de relance danois...

La Tribune - Le Danemark vient d'achever sa présidence, très discrète, de l'Union européenne. Le sentiment général est celui d'une présidence qui a été plus spectatrice qu'actrice dans la résolution de la crise de la zone euro. N'avez-vous pas souffert de votre position de non-membre de la zone euro ?
Bjarne Corydon -
Je ne partage pas cette opinion. Nous avons fait du bon travail, dans des conditions difficiles, et nous ne nous sommes absolument pas contentés d'une position attentiste. Nous avons agi, notamment sur l'agenda de croissance que nous avons soutenu et poussé fortement. Mais évidemment, avec l'exemption de la participation à l'union économique et monétaire dont bénéficie le Danemark, notre présidence n'a pas pu être en première ligne sur les questions concernant l'avenir et la gouvernance de la zone euro. Même si ces évolutions auront naturellement une influence sur l'économie danoise.

Ceci signifie néanmoins qu'il existe aujourd'hui dans les faits deux niveaux d'intégration au sein de l'Union européenne ?
D'une certaine façon, c'est en effet une réalité. Je crois que les problèmes de la zone euro doivent d'abord être résolus par les membres de la zone euro eux-mêmes. Mais je crois aussi qu'il faut tout faire pour éviter que cette scission aille trop loin. Notre présidence s'est attachée à maintenir un lien entre les pays membres de la zone euro et les pays non-membres au sein de l'UE. Je crois que chacun reconnaît que le Danemark a, au sein de l'Europe, un rôle particulier à jouer. Notre monnaie est ancrée à...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :