Les révolutions du gaz de schiste

 |   |  3103  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Autrefois énergie d'appoint, le gaz est désormais au centre de la nouvelle géopolitique mondiale. En grande partie grâce au gaz de schiste. Nouveaux producteurs, nouvelles technologies, les révolutions du gaz vont changer le paysage industriel mondial.

Jusqu'à récemment, le monde du gaz naturel était simple, strictement contraint par la géophysique. Deux camps étaient face à face : les pays qui disposaient de gaz dans leurs sous-sols ou au fond de leurs mers et les autres. Les premiers livraient aux seconds le précieux or bleu via de coûteux réseaux de gazoducs, vite devenus de véritables enjeux stratégiques. Les mers étaient un obstacle infranchissable. À la fin des années 1960, l'Algérie et la France ont jeté un pavé dans la mare en mettant en service le premier terminal d'exportation de gaz liquéfié.
Devenu liquide sous l'effet de très basses températures (-160 °C), le gaz naturel s'est mis à voguer sur les mers et à se libérer des flux contraints des gazoducs. Mais la révolution annoncée n'a pas eu lieu. Si le gaz naturel liquéfié (GNL) a trouvé un marché en Asie, il ne représente que 10 % des approvisionnements mondiaux. Ce schéma est en train de voler en éclats sous le double effet du gaz de schiste et de la boulimie de gaz en Asie, notamment après Fukushima.

Les Etats-Unis bientôt exportateurs !

Traditionnellement importateurs de 15 à 20 % de leur consommation de gaz, les États-Unis étaient étroitement dépendants des...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :