Thierry Pilenko "Le gaz a changé de statut dans l'équilibre énergétique du monde"

 |   |  1991  mots
Thierry Pilenko, president directeur general de Technip
Thierry Pilenko, PDG de Technip. Pour le président de l'un des plus importants groupes mondiaux d'ingénierie, les évolutions technologiques en cours, notamment les usines flottantes de gaz liquéfié, sont en train de transformer le rôle du gaz dans l'approvisionnement énergétique de la planète.

La Tribune - Les métiers qu'exerce Technip lui confèrent une vision de choix sur les évolutions du secteur énergétique. Quelles sont les tendances que vous observez actuellement ?
Thierry Pilenko -
En effet, nous constituons une assez bonne vigie pour observer ce qui se passe dans l'énergie, puisque nous travaillons aussi bien avec des compagnies nationales que des grandes majors internationales. Il faut d'abord constater que la demande énergétique mondiale continue de croître. Mais les challenges à relever sont de plus en plus complexes. Les nouvelles réserves, mises au jour ces dernières années, se situent dans des lieux difficiles d'accès, comme l'arctique ou les eaux très profondes. Il faut noter que depuis le milieu des années 2000, l'exploration a repris. À partir de 2004-2005, on s'est réveillé parce qu'il fallait absolument reconstituer les réserves mondiales, et donc relancer les investissements dans la découverte de nouveaux gisements. Les résultats ont été au rendez-vous. Entre 2007 et 2010, pour chaque baril produit, on a mis au jour 1,6 baril de nouvelles réserves. C'est une tendance nouvelle. Cela est dû en partie au fait que des petites sociétés sont arrivées avec des approches différentes, qu'il s'agisse de nouveaux territoires ou de nouvelles techniques. C'est ainsi que l'on a eu l'idée de forer sous d'épaisses couches de sel, comme au Brésil, où l'on a mis au jour des réserves de plusieurs dizaines de milliards de barils. C'est aussi le cas au Ghana, où l'on a foré dans une zone que l'on pensait non pertinente et identifié un champ très important, ou encore au Mozambique, où l'on a découvert d'importants gisements de gaz, sans parler de la Méditerranée de l'est.

Les gaz de schistes font aussi partie de ces nouveaux concepts dont vous parlez ?
Bien sûr. L'idée nouvelle a consisté à regarder ces schistes à la fois comme une roche mère mais aussi comme un réservoir d'hydrocarbures. À l'origine, ce sont de petites sociétés qui ont montré qu'en forant des puits horizontaux et en utilisant la technique du fracking, on pouvait générer une production notable. Cette nouvelle approche est en train d'avoir un impact très important aux Etats-Unis. Comme vous le savez, ce pays dispose aujourd'hui de gaz en excès, et pense soit à l'exporter, soit à le transformer en produits dérivés du pétrole à travers la chaîne de la pétrochimie. Le prix du gaz...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :