L'auto est en panne, les équipementiers ne freinent pas

 |   |  1669  mots
Copyright Reuters
Érosion des ventes et attentisme généralisé : les fournisseurs des constructeurs connaissent des mois difficiles. Ils tentent d'y parer en se diversifiant, en innovant ou en sortant de l'Hexagone. Mais un constat s'impose : l'emploi sort rarement gagnant.

L'heure est indéniablement au pessimisme chez les fournisseurs de l'automobile. « Depuis plusieurs mois, le contexte n'est pas facile, explique le dirigeant d'un petit groupe de mécanique. Et les événements récents donnent matière à s'inquiéter. » Et de citer par exemple « la contraction des ventes enregistrée par Volkswagen ou BMW, alors que le marché allemand n'avait pas souffert jusqu'à présent ». « Nous avons enregistré d'assez bons volumes de ventes au premier trimestre, mais, depuis, la situation se dégrade », confirme Marc Horellou, le président du groupe de décolletage Alpen'Tech, installé à Vougy, en Haute-Savoie.
« On a le sentiment que tout l'écosystème est fragile », observe Bruno Paucard, le PDG de Scaleo Chip, une PME de Sophia-Anti-polis (Alpes-Maritimes) qui conçoit et développe des systèmes électroniques pour l'automobile, par exemple pour le contrôle de l'habitacle ou du moteur.

Transposer les savoir-faire et « customiser »

Un ralentissement généralisé qui fait ressurgir le spectre de la crise de la fin de 2008, marquée par un coup d'arrêt brutal, avec « une chute de 50% de l'activité durant six mois, se souvient Marc Horellou. Nous avons survécu, mais au...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :