Trackoe, la tablette tactile au service du tri des déchets

 |   |  695  mots
(Crédits : D.R)
Commercialisée depuis début 2013 par la jeune entreprise lyonnaise Optae, l'application Trackoe permet aux organisations publiques et privées de mieux gérer leurs déchets.

Selon l'Ademe, nous produisons en France chaque année environ 600 kg de déchets municipaux par habitant. Et notre taux de recyclage est inférieur à la moyenne européenne (environ 40%). Heureusement, la transition vers une économie circulaire plus respectueuse de l'environnement s'organise.

Surveiller en temps réel la propreté urbaine et la collecte des déchets

Avec plus de quinze années d'expérience dans la gestion des déchets, Guillaume David (Gérant d'Optae) a pu identifier des marges de progression en matière de collecte des déchets en ligne. « Il n'existait pas d'outils permettant de collecter en temps réel des informations sur la propreté de l'espace public et sur la gestion des espaces communs dédiés au tri des déchets ».

Son bureau d'études a finalement mis sur le marché une solution innovante qui a pris la forme d'une application. Fonctionnant à l'aide d'une tablette reliée à un serveur, Trackoe est destinée entre autres aux « ambassadeurs de tri » des collectivités locales. Soit plus de 2000 agents en France qui s'occupent au quotidien de sensibiliser et d'informer la population au sujet du tri et de contrôler la qualité de la collecte des déchets. Ce nouveau dispositif va leur permettre de déceler plus efficacement les dysfonctionnements et de les prendre en charge plus rapidement.

Faciliter la vie des ambassadeurs de tri

Concrètement, « l'ambassadeur n'aura plus besoin de cahier de notes pour faire des relevés terrains puis d'éditer un rapport une fois rentré au bureau. Avec Trackoe tout est automatisé ». Plus économique que les solutions existantes, « l'application s'articule autour d'une tablette Android pour faciliter l'audit terrain et d'un portail web. Ce serveur concentre les données récoltées, permet d'éditer des rapports et de mettre en place des indicateurs de performance ».

L'emploi de Trackoe a d'autres aspects positifs : « Avec l'aide d'un système de géolocalisation, les points de collecte aussi bien que les lieux de dépôts sauvages sont enregistrés sur une carte fournissant une vision globale et permettant de décider des actions prioritaires à mettre en place ».

Une solution économique et personnalisable

La caractéristique principale d'une telle application, c'est sa flexibilité : « Trackoe est fournie avec deux modules spécifiques pour la propreté urbaine et la collecte des déchets. Un troisième module est entièrement paramétrable selon les besoins du client ». Avec cette offre à la carte, Trackoe a su séduire les principaux opérateurs privés des métiers de la propreté et de la collecte de déchets ainsi que les collectivités locales (lire encadré).

Autre avantage de Trackoe, son prix réduit par rapport aux systèmes existants. Le client paye un abonnement allant de 50 à 150 € par mois selon la complexité des applications installées. Le tarif final est calculé en fonction du degré de personnalisation et du nombre de tablettes requis.

La France étant à la traîne en matière de tri et de recyclage des déchets comparé à certains pays du Nord de l'Europe, Optae a de belles perspectives de développement pour les années à venir. Pour 2015, elle a d'ailleurs prévu d'élargir son offre sur le marché des applications dédiées au tri sélectif des déchets ménagers avec le lancement de « PAV verre », une plateforme web de densification des Points d'Apports Volontaire du verre. A vos tablettes !

Optae en bref...

  • Création : 2006
  • Siège social : Genay (69)
  • Activité : Bureau d'études spécialisé dans le recyclage et la gestion des déchets
  • Effectif : 18 personnes
  • CA 2014 : 1,6 millions d'euros HT
  • CA 2015 (prévisionnel) : 2 millions d'euros HT
  • Clients : opérateurs nationaux (SITA Ile-de-France et Veolia Propreté) ; opérateur régionaux (SEPUR et OURRY) ; collectivité territoriales (communautés d'Agglomération Sud-de-Seine et Chartres Métropole, le SAR de Courtenay et Chateaurenard) ; autres applications locales (SYCTOM de l'Agglomération parisienne, les Communautés d'Agglomération Grand Paris Seine Ouest et du Grand Rodez, la Communauté de Communes d'Avranches Mont St-Michel) ; éco-organismes (Eco-systèmes et Eco-emballages).

---
Bio express de l'auteur
Etudiant du « Master in Management - Entrepreneurship and Innovation » de SKEMA Business School, Philippe Oberlé est auteur et fondateur du blog Green-economy.fr

Cleantech Republic

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :