Des PME françaises veulent transformer Abu Dhabi

 |   |  621  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : VIA BLOOMBERG NEWS)
Au forum Masdar City, Microhumus propose de « verdir le désert » de l'Émirat et Eole Water de produire de l'eau à partir de l'air.

En dehors de la présence des grands groupes, riches de leur histoire dans la région, une trentaine de PME françaises étaient également présentes au sommet des énergies du futur (World Future Energy Summit ou WFES), qui s'est achevé ce jeudi à Abu Dhabi. Avec l'aide d'Ubifrance et le soutien financier de Total Développement Régional, qui depuis vingt ans accompagne des PME françaises et européennes dans le cadre de reconversions de territoires ou dans leurs actions à l'international.

Le pétrolier tricolore connaît déjà bien Microhumus, l'un des occupants du pavillon français, pour avoir conclu un contrat avec lui lors du dernier WFES. L'entreprise exploite une méthode de caractérisation de la matière organique issue de travaux de recherche menés au sein de l'Institut national de recherche agronomique (Inra). En France, ses clients sont des professionnels des déchets et des producteurs de compost qu'elle aide à caractériser de nouvelles matières premières, améliorer des formules d'amendements ou encore valoriser les qualités agronomiques de leurs produits. Mais dans les Émirats, Microhumus ne propose rien de moins que de créer des sols à partir de déchets organiques et minéraux, et de contribuer ainsi à « verdir le désert », selon les voeux des autorités émiraties.

Contrats en vue

Après deux contrats signés avec les filiales locales de Veolia et de Total, pour lequel la start-up étudie différents lieux d'implantation des sols nouvellement fabriqués, son directeur Yann Thomas compte sur la qualité des contacts noués lors du WFES 2011 pour décrocher d'autres contrats lui permettant d'ouvrir d'ici à trois ans une usine de fabrication de sols dans la région.

D'autres petits Français aux ambitions internationales n'en sont pas non plus à leur premier voyage. Eole Water, par exemple, avait fait le déplacement il y a deux ans. « Mais nous n'étions pas tout à fait prêts », reconnaît le PDG, Marc Parent. Depuis, cet inventeur d'une machine capable de produire 1.000 litres d'eau par jour à partir de l'air, y compris dans les régions désertiques (en condensant l'humidité naturelle par un système frigorifique alimenté par une éolienne), a mis en service une première machine en France. Et établi un partenariat avec la filiale du français Spie Oil & Gaz Services, qui travaille pour l'industrie pétrolière dans huit pays de la région. « Cette solution peut intéresser aussi bien des villages isolés, des camps de réfugiés, des bases militaires ou industrielles ou encore des professionnels de l'écotourisme souhaitant alimenter des hôtels au milieu de nulle part », précise le directeur commercial et marketing de Spie OG, Philippe Moisan. Ensemble, les deux partenaires sont à même de proposer des solutions clés en main à leurs futurs clients.

McPhy stocke l'hydrogène

De son côté, Pascal Mauberger, le patron de la start-up McPhy Energy spécialisée dans les systèmes stationnaires de stockage d'hydrogène (sous forme solide) de grande capacité, se félicite de la diversité géographique des visiteurs du WFES. « Nous avons été approchés non seulement par des professionnels de la région, mais aussi des acteurs des énergies renouvelables asiatiques, indiens, turcs... et même un iranien. » Lui non plus n'en est pas à sa première visite, et va à nouveau étudier la possibilité de tester sa technologie dans cet immense laboratoire grandeur nature qu'est Masdar City. « À condition de se mettre d'accord sur un mode de financement », précise-t-il. Ce qui ne semble pas aisé dans un contexte de baisse des ambitions et des budgets de Masdar, bras armé de l'Emirat pour devenir leader mondial des énergies vertes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/01/2011 à 18:21 :
Elles feraient mieux de transformer la France en l'incitant à changer de priorités et de dirigeants...Géronimo

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :