Voiture électrique : après Daimler, Renault devrait s'entendre avec l'italien Enel

 |   |  232  mots
Le constructeur automobile français et le grand électricien italien devraient s'entendre sur la fourniture d'électricité pour les voitures électriques. Enel a déjà signé un tel accord avec l'allemand Daimler, désormais allié de Renault-Nissan.

Selon certaines sources évoquées par l'AFP (Agence France Presse), Renault et le grand électricien italien Enel vont signer ce vendredi en marge du sommet franco-italien un accord portant sur la fourniture d'énergie pour les voitures électriques.

Cet accord prévoirait le développement et l'installation par Enel de bornes pour recharger les véhicules électriques. Ce vendredi à Paris, Nicolas Sarkozy et le chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi tiennent une rencontre au sommet.

Ce ne serait pas une première pour Enel qui avait déjà signé en 2008 un tel accord avec le groupe allemand Daimler, maison-mère de Mercedès et qui vient justement de concluure une alliance industrielle et capitalistique avec Renault et son grand allié japonais Nissan. L'accord avec Daimler prévoyait l'installation d'un réseau de 400 bornes pour recharger les véhicules électriques dans les villes de Rome, Milan et Pise.

Renault met en tout cas les bouchées doubles dans le domaine des voitures électriques avec la commercialisation prévu à partir de 2011 et 2012 de quatre modèles : un petit utilitaire, une berline, une voiture urbaine et un modèle spécial urbain d'une à deux places. Son allié Nissan doit, lui, commercialiser son premier modèle électrique en Europe  fin 2010 ou début 2011. L'alliance, Renault-Nissan - Daimler prévoit en outre le développement en commun de versions électriques de la Twingo et de la Smart.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :