La biomasse en manque de bois ?

 |   |  450  mots
Y-aura-t-il assez de pellets et autres résidus de bois pour les centrales à biomasse ? Alors que les projets de sites de production se multiplient dans toute l'Europe, en Grande-Bretagne, un rapport de la Confédération des industries forestières (Condor) estime que les réserves forestières du pays n'y suffiront pas.

La production domestique devrait culminer à 20 millions de tonnes par an d?ici à 2019, selon ce document qui indique qu?il faudra importer rapidement 27 millions de tonnes de bois supplémentaires par an si toutes les centrales actuellement prévues sont construites.

La Grande-Bretagne fait partie des pays qui devraient connaître la plus forte croissance de la biomasse dans les prochaines années, avec la France, d?après une autre étude du cabinet allemand ecoprog.

Plusieurs gros projets sont dans les tuyaux dans le pays. Le groupe MGT Power a ainsi annoncé deux méga-centrales, de 300 MW chacune. L'allemand E.ON projette également une centrale à biomasse d'une puissance de 150 MW.

Un boom dans toute l'Europe

Mais la Grande-Bretagne n?est pas la seule concernée. Les projets se multiplient aussi dans d?autres pays : GDF Suez va, par exemple, construire en Pologne un site d?une capacité de 190 MW pour un investissement d?environ 240 millions d?euros.

En France, dans le cadre de l?appel d?offres « Biomasse 3 », plusieurs projets importants, bien que plus modestes, ont été attribués. C'est le cas d'une centrale de 50 MW en Haute-Normandie développée par la société Biomasse Energie d?Alizay ou d'une unité de cogénération de 23 MW lancée par Bioere en Aquitaine.

Le groupe Dalkia achève de son côté la construction d'une importante centrale de cogénération à partir de biomasse (140 MW de thermique, 69 MW d'électricité) à Biganos, dans les Landes, sur le site du papetier Smurfit Kappa.

Le nombre total d?installations européennes pourrait grimper à 1 050 en 2013 pour une capacité installée proche de 10 000 MW, selon ecoprog.

Peu d'usines de pellets

Et les problèmes d?approvisionnement risquent d?apparaître dans de nombreux pays car les usines de pellets (granulés de bois) sont encore peu nombreuses.

En France, la production a grimpé à 345 000 tonnes cette année contre 208 000 tonnes en 2008, selon le Syndicat national des producteurs de granulés de bois (SNPGB), qui rassemble 24 producteurs sur une trentaine.

Mais les usines sont encore rares : le groupe EO2 en a inauguré une en Auvergne et vient de lever des fonds pour financer un deuxième site dans les Landes. D?une capacité annuelle de 150 000 tonnes, il devrait être opérationnel au premier trimestre 2011.

D?autres ont annoncé des projets d?accroissement de leurs capacités, comme la société Alpin Pellet, implantée en Savoie, qui veut doubler sa production pour passer à 40 000 tonnes par an dès cette année, ou de création de site, telle l?entreprise normande Seedex, spécialisée dans le solaire, qui veut construire une usine de pellets dans l?Eure. Le marché n'en est qu'à ses débuts !

Green Business - le site de référence

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/04/2010 à 14:02 :
Avec tous les bois et forêts à entretenir, nul doute qu'il y a de la matière première à exploiter. Mais si les producteurs de pellets se contentent de la facilité, évidemment qu'il faudra importer du bois, et que cela ne fera que pousser à la hausse le prix des pellets... et au final tuer le marché de ce type de chauffage.
Encore une fois, l'appât du gain à court terme l'emporte sur le durable... Nous en revenons toujours aux mêmes basses motivations...
a écrit le 15/04/2010 à 11:28 :
En Italie du Nord, les installations de chauffage collectives et individuelles approvisionnées en résidus de bois se sont multipliées entrainant une augmentation du prix de la matière première (souvent importée de Slovénie...). Aujourd'hui, la facture énergétique de ces installations est équivalente à celle des installations à énergies fossiles.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :