Rude bataille en vue sur le Grenelle II de l'environnement à l'Assemblée

 |   |  723  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Le projet de loi Grenelle II de l'environnement arrive ce mardi devant les députés. Les associations écologistes et l'industrie de l'Eolien manifesteront pour dénoncer le "rabotage" des ambitions gouvernementales. "Il n'y a aucun recul politique", a assuré pour sa part le ministre Jean-Louis Borloo.

Le projet de loi Grenelle II de l'environnement - déclinaison concrète d'une partie des engagements négociés en 2007 - arrive ce mardi devant les députés de l'Assemblée nationale. Près de 250 articles et 1.600 amendements seront discutés dans un climat d'autant plus tendu que le texte est examiné selon la procédure d'urgence et du temps législatif programmé qui ne laisseront que trois jours - jusqu'à vendredi - aux débats. 

Mécontentements

Le ministre de l'Ecologie, Jean-Louis Borloo, devra par ailleurs affronter le mécontentement des associations écologistes qui ont annoncé qu'elles manifesteraient devant l'Assemblée ce mardi. 

Elles entendent protester contre le "rabotage" des ambitions du gouvernement en matière d'environnement. Le texte discuté a été vidé de sa substance, dénoncent-elles, dans un contexte de recul général du droit de l'environnement. Il faut dire que depuis l'échec du sommet international de Copenhague sur le réchauffement climatique en décembre, le gouvernement a retiré son projet de taxe carbone et reporté l'écotaxe sur les poids lourds à l'après 2012. Le gouvernement a fait du projet un "champ de ruines", a déclaré ce mardi le député Vert Noël Mamère.

Les partisans de l'énergie éolienne organisent également un rassemblement en fin de matinée au pied de la tour Montparnasse avant de gagner le ministère de l'Ecologie. La fédération de l'énergie éolienne (FEE) estime que, en l'état actuel du texte, les éoliennes seront soumises à partir de 2011 au régime des installations classées pour l'environnement (ICPE), ce qui signifierait, selon leurs défenseurs, un "arrêt de mort".

Pour les Verts également, la loi Grenelle 2 est une "supercherie" en ce qui concerne les énergies renouvelables, photovoltaïque ou éolienne. Dans un communiqué, ils dénoncent un récent rapport parlementaire, rédigé par l'UMP Patrick Ollier, qui propose une "accumulation d'entraves administratives" qui sera "meurtrière" pour l'énergie éolienne à leurs yeux.

Une "métamorphose irréversible", selon le ministre

Devant ces protestations en tout genre, le ministre de l'Ecologie aura fort à faire. Dans Les Echos de ce mardi, il a défendu les avancées acquises en France. "Aucun gouvernement en Europe n'a engagé une métamorphose irréversible en si peu de temps", grâce nomment au premier projet de loi ("Grenelle I") issu du Grenelle de l'Envitonnement.

"Sur 273 engagements du Grenelle Environnement, plus de 90% sont déjà réalisés ou en cours de réalisation",  selon le ministre. A savoir, "quatre fois plus de tramways (365 kilomètres nouveaux) et de lignes (cinq nouvelles lignes) à grande vitesse qu'auparavant, le parc automobile le plus sobre d'Europe [le bonus-malus automobile a réduit significativement les émissions de carbone routier, Ndlr] , l'arrivée dès la fin de cette année des véhicules électriques pour le grand public, une hausse de 600 % du solaire photovoltaïque en deux ans, 120.000 éco-prêts à taux zéro signés en un an, 17.000 exploitations agricoles converties au bio..."

"Il n'y a aucun recul politique", assure ainsi Jean-Louis Borloo, avant d'ajouter: "Mais ne soyons pas dupe, de telles avancées en si peu de temps n'arrangent pas tout le monde!" "Pour moi, c'est très clair: ce ministère doit continuer à rassembler l'ensemble des acteurs économiques et écologistes pour renforcer la compétitivité de notre pays. La prise en compte de l'écologie dans l'économie et inversement s'inscrit dans une logique 'gagnant-gagnant'", souligne-t-il.

Qui votera le texte ?

France Nature Environnement (FNE), à l'instar de sept autres organisations comme la Fondation Nicolas Hulot ou le WWF, ont cependant appelé les députés à voter le projet de loi Grenelle II même s'il a été "rogné sur certains points". "Cette étape doit être franchie par le haut : le texte doit sortir de ces débats enrichi, et non amoindri", déclare Bruno Genty, président de FNE.

Les députés socialistes s'apprêtent, eux, à voter contre le projet de loi qui est un "mauvais texte" pour l'environnement, a déclaré ce mardi le président du groupe PS à l'Assemblée, Jean-Marc Ayrault. "Le Grenelle I, nous l'avons voté parce que c'étaient les grandes orientations d'une politique de l'environnement ambitieuse", a déclaré Jean-Marc Ayrault sur ITélé. "Le Grenelle II, c'est l'abandon de l'ambition, c'est évident."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/05/2010 à 13:33 :
Faites un tour d'hélicoptère d'une heure sur nos campagnes, et vous verrez ce qu'est déjà devenue la première destination touristique mondiale !
La France, où il n'y à plus la moindre industrie, et plus rien d'autre que le tourisme, est totalement défigurée. L' éolien ne rapporte qu'aux multinationales, aux gros financiers du CAC 40, aux mairies et a quelques agriculteurs; Il ne produit pratiquement rien, à part des nuisances, et il ruine le patrimoine de nombreux petits propriétaires proche des ses horreurs inesthétiques, à moins de deux kilomètres, on voit la valeur de l'immobilier diminuer de moitié.
Les préfets aux ordres du petit général, suivent les directives, et autorisent l'impensable: Des Zones de Développement Eolien, n'importe où : En pleine zone Natura 2000, sur des sites paysagers inscrit, prés de moulins classés monuments historiques, collés à des réserves protégées sensibles ou vivent des espèces endémiques vulnérables de rapaces et de chauves-souris, et bien d'autres lieux en principes protégés!
C'est ça, l'écologie et la défense de l'environnement?
L'éolien tue l'environnement, n'enrichit que les riches, et appauvrit tous les autres, ce n'est qu'un gros piège à cons pour Bobos citadins pleins de bons sentiments et qui n'écoute que la « bonne parole » dirigée des médias et de ceux qui en tirent des dividendes; c'est avec vos notes d'électricité qu'on paie ce scandale inutile!Moi, j'y habite, et dans mon village depuis qu'elles tournent, jamais le médecin n'avait constaté avant, autant de problèmes cardiaques, d'hypertensions et d'acouphènes.
a écrit le 04/05/2010 à 12:47 :
Une industrie de l'éolien en France? La bonne blague! On n'est pas foutus d'en fabriquer. Le rachat de l'électricité à un coût désavantageux par EDF ressemble à la prime à la casse auto : sont avantagées les productions extérieures.
a écrit le 04/05/2010 à 11:25 :
La nuisance de l?éolien est une réalité et ce n?est pas faire partie du lobby pro nucléaire que de l?affirmer. D?un point de vue paysager c?est une catastrophe à ranger aux côtés des lignes HT et THT.

Que les partisans de l?éolien à tout prix viennent dans l?Aude, et ils se rendront compte que le développement anarchique n?est pas une simple vue de l?esprit, que le parc naturel régional du Haut Languedoc tout proche (Tarn/Hérault ) qui devrait être une zone particulièrement protégée comptera bientôt plus de 500 éoliennes, que le littoral lui même commence à être saturé (entre Narbonne et Perpignan, c?est une suite ininterrompue de sites).
De nombreux endroits d?une beauté incroyable et/ou proches de monuments historiques (Saissac ou Villelongue dans la montagne noire par exemple) n?ont été épargnés que grâce à la mobilisation de la population.
Ces implantations ont toujours lieu dans une opacité totale, sans concertation avec la population locale et, outre l?atteinte à l?intégrité paysagère, elles ne font qu?attiser les conflits locaux.

De nombreuses erreurs ont été commises par le passé en matière d?aménagement du territoire et il serait bon de ne pas les renouveler.
Même certains verts (qu?on ne peut accuser de faire partie du lobby nucléaire) commencent à mettre de l?eau dans leur vin puisque d?après le midi Libre du 04 .03.2010 :

« Les Verts de Languedoc-Roussillon ont dernièrement fait part de leur position face à l'éolien industriel sur les territoires ruraux.
Questionnés sur le sujet par l'association Hurlevent, ils ont confirmé que, bien que faisant partie de la panoplie des types d'énergies renouvelables souhaitées par les écologistes, « les choses sont plus complexes dans la pratique et certaines luttes locales ont su développer des argumentations solides et des positions légitimes contre l'implantation de grandes éoliennes. »
Associé à la rédaction du programme d'Europe Ecologie, l'association Robin des bois en Lozère a en effet pointé du doigt le grand éolien industriel terrestre jusqu'à le faire sortir du plan Climat des Verts qui préfèrent soutenir des petits équipements, individuels ou collectif, et des fermes éoliennes offshore.
« Nous proposerons en outre la tenue d'un grand débat public visant l'élaboration démocratique d'un schéma régional éolien et solliciterons dès lors son intégration aux SCOT afin de le rendre opposable aux appétits inconsidérés de certaines communes », indique le porte-parole régional des Verts, Didier Caire. »

Evidemment, depuis l?assemblée nationale le projet de couvrir le pays d?éoliennes peut paraître séduisant, mais c?est méconnaître profondément l?impact de ces sites sur le paysage et dans la vie quotidienne des gens.
Que va t-il rester de notre patrimoine paysager et architectural si nous n'y prenons garde ? Qu'allons nous léguer à nos enfants ?Au nom du développement économique et commercial nos villes et nos campagnes ont été saccagées (ZI,autoroutes,centres commerciaux, lignes HT etc...), au nom de la sauvegarde de la planète, il est certe urgent de développer des moyens de production énergétiques différents, mais pas n'importe comment, il faut qu'il y ait des règles strictes d'implantation, il faut qu'il y ait concertation et transparence dans les projets

a écrit le 04/05/2010 à 10:12 :
Les éoliennes ne sont pas le support d?une conduite écologiste !

Les éoliennes dénaturent et industrialisent nos paysages !
Elles transforment une zone naturelle en zone industrielle.
Leur bruit, leurs méfaits sur les oiseaux, leur intermittence qui commande le déclenchement d?une centrale thermique, le coût de rachat du KW/h n?en font pas le support d?un développement responsable.

Le véritable moteur du développement de cette industrie, c?est la cupidité, l?appât du gain, le gout du profit et la spoliation de notre patrimoine à tous.

STOP aux profiteurs !
a écrit le 04/05/2010 à 5:05 :
A Voir absolument, cette video qui fait mal au GIEC et à son CO2 ... sa source d'Euros: le Soleil et ses cycles serait fortement responsable des variations climatiques, diffusé sur ARTE le 02/04/2010: http://fr.sevenload.com/videos/IGwtYrS-Le-Secret-des-Nuages

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :