Malgré la crise, les émissions de CO2 de la Chine ont bondi en 2009

 |   |  323  mots
Malgré une baisse historique de 1,1% de la consommation d'énergie mondiale en 2009 - une première depuis 1982 - la Chine continue de battre des records à la hausse dans le domaine, selon le dernier rapport annuel de BP couvrant la production et la consommation mondiales d'énergies.

En 2009, les émissions de CO2 chinoises provenant du pétrole, du gaz et du charbon auront représenté 24,2% du total des émissions générées sur la planète. Pékin conforte ainsi sa place de leader pollueur devant les USA (19,1%). Rien, pas même la crise, n?a semble-t-il pu freiner la marche en avant chinoise. Alors que les USA ont vu leurs émissions de CO2 baisser de 6,5% suite au ralentissement de l?économie mondiale, la Chine a vu les siennes augmenter de 9,1%.

Vers des mesures coercitives

Si ces chiffres pointent nettement du doigt la Chine à l?approche de nouvelles négociations sur le climat qui s?annoncent périlleuses, plus préoccupant pour Pékin, le rapport de BP montre également que, du fait d?une hausse de 8,7% de sa consommation d?énergie en 2009, l?Empire du Milieu fait désormais jeu égal avec les Etats-Unis. En 2009, la consommation d?énergie des deux puissances a représenté pour chacune 19,5% de la consommation d?énergie du monde (hors énergies solaires, éoliennes et géothermiques), loin devant la Russie (5,7%), le Japon et l?Inde (4,2% tous les deux).

Une tendance qui a de quoi sérieusement inquiéter des dirigeants chinois qui multiplient les sorties dans la presse pour condamner la consommation d?énergie excessive du pays et ont annoncé la mise en place de mesures coercitives dès ce mois ci.

Signe encourageant tout de même : le rapport de BP montre qu?en termes de capacité de production d?énergie éolienne, après une hausse de 113,3% en 2009, la Chine a rattrapé l?Allemagne (égalité quasi parfaite avec 25 853 MW) et se place derrière les USA. Pour ce qui est de l?énergie solaire, malgré une hausse de 110,3% de sa capacité de production, avec 1,3% du total de la capacité mondiale, Pékin se trouve encore très loin de l?Allemagne (42,2%) et du Japon (11,5%).

Accéder à l'intégralité du Rapport BP 2010 ici.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :