L'Ethiopie rapproche Vergnet et Alstom dans l'éolien

 |   |  587  mots
Copyright Reuters
Les péripéties de son grand projet éthiopien poussent Vergnet dans les bras d'Alstom Wind. Le chantier de la ferme de 120 MW, développée pour le compte de l'énergéticien local EEPCo, est en effet perturbé par le changement de statut de l'aéroport de Mekele, situé non loin. Obligé de modifier la zone d'implantation d'une partie des éoliennes, Vergnet va installer des turbines Alstom à la place des siennes.

Ce rapprochement en Ethiopie revêt un caractère plus stratégique avec la signature d'une lettre d'intention entre les deux groupes pour coopérer plus étroitement sur le plan commercial et industriel à l'international.
Cette alliance semble logique à la lumière de la forte croissance de Vergnet, grâce à son positionnement offensif à l'export : son chiffre d'affaires a été multiplié par près de trois à 82 millions d'euros en 2010. Alors qu'il vise 120 millions d'euros en 2011, Vergnet pouvait-il continuer seul à se développement fortement ?

Les soutiens s'accumulent
L'accord avec Alstom est concomitant à l'augmentation de capital annoncée mi-avril : Vergnet a convaincu le Fonds Stratégique d'Investissement et l'entreprise bretonne Nass&Wind de lui apporter 18 millions d'euros.
Vergnet a beaucoup investi ces dernières années dans un nouveau positionnement à l'international. Il est aussi au début d'une courbe d'apprentissage sur sa nouvelle turbine de 1 MW, qui pèse sur ses comptes. Alors qu'il doit assumer un carnet de commandes étoffé à l'export, son marché domestique repart avec le lancement d'un appel d'offres dans les DOM.
Tous ces événements poussent logiquement Vergnet à chercher des soutiens. Les difficultés du projet éthiopien représentent une opportunité pour travailler avec Alstom.

Éthiopie : l'aéroport qui bouleverse les plans initiaux
Ce projet de 120 MW est situé dans le corridor aérien de l'aéroport de Mekele, récemment classé aéroport international. La phase 1 de 30 MW, dont l'installation doit s'achever cette année, est épargnée par cette nouvelle donne. Mais les zones d'implantation 2 et 3 doivent être déplacées dans une région limitrophe plus montagnarde pour ne pas gêner l'aéroport. Problème : les éoliennes rabattables de 1 MW de Vergnet semblent moins adaptées à cette nouvelle zone.
Au lieu de financer de longues et coûteuses études sur les vents et de retarder le projet, qui avait déjà pris du retard, Vergnet a signé un contrat de sous-traitance avec Alstom Wind dont les turbines sont plus pertinentes dans ce nouvel environnement. Les 90 éoliennes de Vergnet vont être remplacées par 54 machines d'Alstom Wind, d'une puissance de 1,67 MW. Alstom assumera également le transport et le montage des éoliennes pour le compte de Vergnet.

Une transformation trop accélérée ?
Cette opération est présentée par l'entreprise comme un deal gagnant-gagnant entre Vergnet, EEPCo et Alstom. Vergnet explique aussi que la rentabilité du projet ne sera pas impactée, même si peu de détails financiers filtrent sur le manque à gagner pour Vergnet (la non fourniture de 90 turbines) et les contreparties obtenues de la part de son client EEPCo et de son nouvel allié Alstom (contrat de sous-traitance).
Vergnet indique que cette nouvelle situation lui permet de libérer des capacités industrielles et de réallouer plus facilement ses ressources vers son c?ur de marché : les zones insulaires et cycloniques à l'export et la préparation du marché des DOM (95 MW ouvert par appel d'offres), pour lequel il a déjà été consulté par des développeurs pour une puissance de 60 MW.
Vergnet est le seul industriel français de l'éolien implanté sur le territoire national, et le groupe est en train de se transformer à une vitesse très rapide depuis 2-3 ans, passant d'une petite PMI bien installée sur son marché national à un industriel de plus grande envergure tourné vers l'export. Avec le soutien financier et stratégique du FSI et l'appui commercial et industriel d'Alstom Wind, Vergnet pourrait avoir levé durablement les freins à son développement serein dans les prochaines années.

Green Business - le site de référence

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :