Chimie verte : Double acquisition en Chine pour Arkema

 |   |  594  mots
Copyright Reuters
Lentement, une nouvelle ère s'ouvre pour les industriels de la chimie, qui favorisent de plus en plus l'utilisation de ressources végétales renouvelables au détriment des ressources d'origine fossile. C'est le cas du français Rhodia (groupe belge Solvay) dans une initiative récente au Brésil. Son compatriote Arkema multiplie aussi les actions dans la chimie du végétal et devrait renforcer ses développements dans les biopolymères avec l'acquisition de deux sociétés chinoises, dont le closing est prévu début 2012.

Une opération pour Arkema qui arrive après des projets sur les bioénergies, sur les acryliques issus du végétal ou encore après ses participations aux plateformes IEED (*) sur la chimie verte Indeed (Lyon, Rhône) et Pivert (Compiègne, Oise).
En 2005, 5% des matières premières utilisées par Arkema dans sa production était d'origine renouvelable. L'industriel vise un objectif de 10% en 2012. Par comparaison, Rhodia utilise déjà 11% de matières végétales parmi ses approvisionnements carbonés.
Les deux sociétés chinoises ciblées par Arkema - Hipro Polymers et Casda Biomaterials - sont actuellement détenues majoritairement par le même actionnaire, une co-entreprise entre Feixiang Chemicals, une société privée chinoise de chimie de spécialités, et le fonds Bain Capital (60 Mds $ sous gestion). Le prix d?acquisition est de 365 M$ (270 M?) pour 100% du capital des deux sociétés. Pour 2011, les deux entreprises annoncent un chiffre d?affaires cumulé prévisionnel de 230 M$ (170 M?). Elles emploient 750 personnes sur deux sites en Chine. Le projet d'acquisition doit encore être validé par les autorités chinoises.

Liens capitalistiques et industriels entre les deux cibles
Outre leur lien capitalistique, les deux sociétés présentent une intégration verticale - l'une est cliente de l'autre - et Arkema devrait renforcer et valoriser cette situation. À partir de l'huile de ricin - une huile végétale obtenue à partir de graines de ricin, une plante d'origine tropicale - Casda Biomaterials produit de l'acide sébacique, un composant chimique intermédiaire entrant dans la fabrication de divers produits comme les lubrifiants, plastifiants d'origine végétale, additifs anti-corrosion. Casda Biomaterials est leader mondial de l'acide sébacique, avec une usine située à 250 km de Pékin.
Hipro Polymers est l'un de ses clients : il produit à partir d'acide sébacique le polyamide technique bio-sourcé 10.10, c'est à dire un biopolymère technique. Ce dernier entre dans la catégorie des plastiques de spécialités ayant des bonnes propriétés de résistance (mécanique, chaleur, agression chimique), a expliqué à GreenUnivers un porte-parole d'Arkema. Hipro Polymers possède un site industriel à 110 km de Shanghai, où des investissements viennent d'être réalisés pour tripler la capacité de production.

Transports, énergies renouvelables, électronique
Les débouchés se trouvent principalement dans les transports (automobiles, camions) pour des pièces de moteurs. Hipro Polymers vise aussi les énergies renouvelables (films de protection résistante aux UV pour le solaire photovoltaïque, par exemple) et l?électronique (composants résistants à la chaleur, etc.).
Cette double acquisition répond à plusieurs objectifs pour Arkema (15.700 salariés, 5,9 Mds ? de chiffre d'affaires). D'abord le groupe se renforce ainsi en Chine, l'un de ses marchés prioritaires, et accélère sur les polyamides bio-sourcés de spécialités où il anticipe un taux de croissance du marché mondial située entre 15 et 20% par an. Arkema conforte également son statut d'acteur intégré entre chimie intermédiaire et polymérisation.
Enfin, le groupe renforce sa gamme de polyamides. Arkema est le seul producteur au monde de polyamide 11, avec des usines en Normandie, en Chine (près de Shanghai) et aux Etats-Unis. Ce polyamide 11 est fabriqué à partir d'amine 11 produit dans une usine à Marseille, lui même produit à partir de l'huile de ricin. Arkema produit aussi du polyamide 12, lui issu de la pétrochimie. Avec le polyamide 10.10, il deviendrait le seul chimiste au monde à être présent sur une gamme complète de polyamides longues chaînes 10, 11 et 12.
(*) IEED : Instituts d'excellence en énergies décarbonées.

Green Business - le site de référence

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :