Solaire. La tension monte d'un cran entre Bruxelles et Pékin

Après les Etats-Unis il y a quelques mois, c'est au tour de l'Union Européenne d'ouvrir une enquête anti-dumping contre les fabricants chinois de panneaux solaires.

2 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : BLOOMBERG)

Les industriels européens du solaire regroupés au sein de EU ProSun ont obtenu gain de cause. Le 25 juillet dernier, leur représentant, le PDG de l'Allemand SolarWorld, déjà à l'origine des mesures anti-dumping prises au printemps par les Etats-Unis, avait appelé Bruxelles à "ouvrir une enquête sur les pratiques commerciales déloyales des fabricants chinois de produits solaires." C'est chose faite depuis ce jeudi matin, comme la Commission l'a indiqué dans un communiqué.

"La plainte a apporté suffisamment d'éléments mettant en évidence un possible dumping des prix de la part des exportateurs (chinois) vers le marché européen, des dommages pour l'industrie solaire européenne (...), précise le communiqué. Par conséquent, la Commission a jugé qu'il y avait suffisamment d'éléments justifiant de prime abord l'ouverture d'une enquête".
A l'aune de la valeur des importations concernées (21 milliards d'euros d'exportations de panneaux solaire et composants chinois vers l'Union européenne en 2011), la plainte reçue par Bruxelles est "la plus importante à ce jour en matière de dumping".

Une enquête de 15 mois

EU ProSun, qui accuse Pékin d'exporter ses produits à des prix inférieurs à ceux du marché, demande à Bruxelles de prendre des mesures similaires aux taxes antidumping instaurées par les Etats-Unis en mai.

A l'issue d'une enquête qui devrait durer 15 mois, et une décision « au plus tard le 5 décembre 2013 », la Commission pourra imposer des mesures restrictives pour une durée de 5 ans. Mais elle devra dans un premier temps s'assurer que ces mesures ne seront pas trop coûteuses pour l'UE.

La Chine compte en effet sept des dix premiers fabricants de produits solaires, et alourdir le prix de ces produits sur le sol européen risquerait d'y engendrer un renchérissement de l'énergie solaire. C'est déjà l'argument, repris d'ailleurs par certains promoteurs américains du développement rapide des énergies renouvelables, que les industriels chinois avaient brandi face au département au commerce américain. En vain.

Des fabricants chinois organisés pour la riposte

Regroupés au sein de l'Afase (Alliance pour une énergie solaire abordable) pour se défendre dans l'affaire européenne, seront-ils mieux entendus ?
La riposte n'a pas tardé, le porte parole de la société Yingli a indiqué dans un communiqué ce matin que "la plainte antidumping déposée à la Commission européenne au mois de juillet 2012 est dénuée de tout fondement".

Il ajoute "Nous allons coopérer étroitement avec la Commission européenne afin de prouver que les conditions
d'imposition de droits de douane punitifs ne sont pas remplies.
 


 

2 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 06/09/2012 à 15:28
Signaler
15 mois pour la Commission européenne pour prendre une décision, les bureaucrates européens doive bien faire voir qu?ils mérite leurs salaires, entre temps les fabricants européen dépose les bilans.

à écrit le 06/09/2012 à 12:23
Signaler
C'est sûr que l'Europe se bouge un peu plus quand l'industrie allemande monte au créneau pour se défendre ... Ils sont ( ou ont été) les plus concernés par cette concurence chinoise. Dommage que l'Europe ne sache pas se défendre plus souvent. Je cra...

à écrit le 06/09/2012 à 11:12
Signaler
Associer le "tout marché" à la démocratie me parait être un positionnement idéologique radical, il y a 40 ans sous l'influence du keynésianisme, la démocratie occidentale se portait mieux. Désolé, mais la mondialisation néolibérale n'est pas une idée...

à écrit le 06/09/2012 à 10:49
Signaler
il est grandtemps d'exiger la réciprocité à la chine e nmatière économique, la chine n'est ni une démocratie ni une économie de marché. il est anormal que pekin exige la fabrication locale pour acheter des airbus, et que l'europe se contente de regar...

à écrit le 06/09/2012 à 10:48
Signaler
Bien ! ... et dès 2050, on prend une décision !!!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.