EDF prêt à piéger le CO2

Associé à Alstom et Veolia, l'électricien construit un démonstrateur de captage de CO2 sur sa centrale thermique du Havre, avec le soutien de l'Ademe.
(Crédits : EDF)

Thomas Hetsch, le directeur de la centrale thermique du Havre, a annoncé mardi qu'EDF s'engage avec Alstom et Veolia Environnement dans la construction d'un démonstrateur de recherche de captage de CO2 sur l'unité de 600 MW, la plus récente de cette centrale à charbon.

La centrale de production d'électricité au charbon du Havre compte en effet 3 tranches (deux de 600 MW et une de 250 MW) qui, en 2009, ont fourni 1 % de la production d'électricité d'EDF et... émis 3 millions de tonnes de CO2. Ce projet de captage, qui représente un investissement global de 22 millions d'euros sur la période 2010-2013, sera soutenu à hauteur de 25 % par l'Ademe et son « Fonds démonstrateur de recherche ». EDF et Alstom vont mettre en oeuvre une technologie de « captage en post-combustion » sur le CO2 présent dans les fumées issues de la combustion du charbon. Ils vont pour cela faire appel à une technologie que maîtrise déjà le chimiste américain Dow Chemical Company dans le secteur du gaz naturel.

« Cette décision d'EDF est un signal qui nous pousse vers l'avenir », indique Thomas Hetsch, en précisant que le démonstrateur sera construit sur l'unité de la centrale la plus avancée en matière de dépollution, avec désulfuration (élimination du dioxyde de soufre) et dénitrification (élimination de l'oxyde d'azote) des fumées. Le directeur évoque le double enjeu de la « réduction des émissions de CO2 de la centrale » et « le défi technologique lié à l'application d'une technologie utilisée dans le gaz naturel, aux fumées issues de la combustion du charbon ». Concrètement, « nous avons fait appel à un procédé chimique qui consiste à piéger le CO2 à l'aide d'amines », (composé de type ammoniacal) explique le directeur. « Le CO2 sera capté par les molécules d'amines, puis la solution saturée en CO2 sera réchauffée par un flux de vapeur. à ce stade, on peut séparer les amines du CO2. » Veolia environnement interviendra, pour sa part, dans le traitement des effluents du démonstrateur et la valorisation du CO2 extrait.

Deux autres projets

Deux autres projets de captage-stockage de CO2 ont été présentés hier au Havre par l'Ademe, à l'occasion d'un colloque intitulé « La zone portuaire du Havre, pionnière de la gestion industrielle du CO2 en France ». Issu de la recherche du groupe ArcelorMittal, le projet Ulcos (ultra low CO2 steelmaking) est un projet de captage, transport et stockage de CO2 adapté à la sidérurgie, qui sera mis en oeuvre à Florange en Lorraine.

Le projet France Nord est un projet de stockage en aquifère salin piloté par Total. En 2009, l'Ademe avait retenu un premier projet, « Pil Ansu » - pilote d'antisublimation - visant à réaliser un démonstrateur de captage du CO2 par antisublimation (givrage/dégivrage des gaz) sur les fumées d'une centrale à charbon.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.