Veolia offre ses services aux petits investisseurs

 |  | 358 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : Bloomberg)
Eolfi prend en charge l'investissement, la construction et l'exploitation de fermes éoliennes et solaires.

« La France attire les investisseurs dans les énergies renouvelables », se réjouit le directeur général d'Eolfi Alain Delsupexhe. La filiale de Veolia, qui gère près de 400 MW d'énergies renouvelables (éolienne et solaire), lance une offre de services industriels dédiés aux petits investisseurs. Baptisée Greensolver, cette prestation intervient dans le prolongement de l'offre de développement, après obtention des permis et autorisations d'exploiter. Le niveau de rendement exigé, la crise du financement, la baisse des tarifs de rachat ou le durcissement des exigences réglementaires donnent d'autant plus de valeur aux services proposés, qui englobent construction du parc, suivi de chantier, gestion de l'exploitation et jusqu'à la valorisation de l'actif à la revente.

Coûts compétitifs

D'abord dédié à la constitution de fonds d'investissements dans l'éolien, Eolfi, détenu à 69 % par Veolia, se prévaut de l'expérience acquise sur des parcs dont il continue, après leur cession, d'assurer la gestion pour le compte de tiers comme Fortis ou Alliance. Grâce à des outils de suivi et de reporting pointus, Eolfi garantit aux investisseurs des coûts de construction compétitifs, le respect des budgets et des délais, la conformité réglementaire en matière d'hygiène et sécurité environnement, l'optimisation des rendements, la maintenance et la disponibilité des équipements...

« Nous offrons à de petits producteurs d'énergie décentralisée la prestation d'un grand industriel », résume Alain Delsupexhe. Pour un coût forfaitaire de 15.000 euros par MWh éolien et de 30.000 à 50.000 euros par MWh solaire. Soit, souligne le responsable du développement Florent Catu, un surcoût de 0,5 % seulement. Avec le seul marché captif (centrales éoliennes des fonds Eolfi et centrales solaires de Veolia sur le site General Motors à Saragosse et bientôt celui de Peugeot à Sochaux) le chiffre d'affaires de Greensolver pourrait passer de 2,5 millions d'euros aujourd'hui à 4 ou 5 ces prochaines années (sur un total de 45 millions pour Eolfi, en croissance annuelle de 40 %). Et la complexité du marché français devrait le gonfler encore. Pour l'heure, la France ne représente que 10 % de l'activité d'Eolfi, implanté aussi en Grèce, en Pologne et aux États-Unis.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :