L'Europe adoptera un plan d'actions au printemps 2007

 |   |  382  mots
L'Union européenne, qui peine à mettre en place une politique commune en matière d'énergie, suit d'un oeil vigilant l'évolution de la politique énergétique à Moscou. Après le bras de fer gazier russo-ukrainien de début janvier, le Conseil européen a préconisé, dès sa réunion de mars, une politique énergétique commune et a invité la Commission à préparer un ensemble d'actions assorties d'un calendrier précis, afin qu'il puisse adopter, lors de sa réunion du printemps 2007, un plan d'actions. Les aspects extérieurs de la sécurité énergétique devraient en constituer la colonne vertébrale.Lors du Conseil européen de juin dernier, le président de la Commission, José Manuel Barroso, et le haut représentant, Javier Solana, ont présenté aux chefs d'État et de gouvernement de l'Union un rapport commun préconisant une politique énergétique commune dans un esprit de solidarité entre les États membres et destinée à garantir des flux d'énergie sûrs et durables à des prix abordables. Cette politique devrait couvrir notamment le renforcement des partenariats stratégiques avec les principaux pays producteurs, consommateurs et de transit. Elle devrait s'articuler autour de plusieurs priorités, notamment, et avant tout, en se fixant comme premier objectif la conclusion des négociations sur le protocole relatif au transit de la charte de l'énergie tout en veillant à la ratification de cette charte par tous les signataires (la Russie a signé cette charte mais ne l'a pas encore ratifiée).La Commission devrait ensuite présenter un projet d'accord global sur l'énergie avec la Russie pour remplacer l'actuel accord de partenariat et de coopération qui s'est avéré peu efficace devant les récentes tensions énergétiques. L'Union envisage par ailleurs d'étendre son marché intérieur de l'énergie à ses voisins en renforçant notamment le dialogue avec l'Algérie. Parallèlement, elle entend ouvrir de nouvelles voies d'approvisionnement, en vue de diversifier les importations d'énergie, et promouvoir le développement des énergies renouvelables tout en veillant à une utilisation plus rationnelle de l'énergie. Enfin, l'Union souhaite intégrer ses objectifs énergétiques dans sa politique commerciale et, le cas échéant, poursuivre ces objectifs par l'intermédiaire de l'Organisation mondiale du commerce.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :