Les militants CFDT réclament plus de démocratie interne

 |   |  475  mots
Longuement applaudi lundi lors de son discours d'ouverture du 46e congrès de la CFDT organisé jusqu'au 16 juin à Grenoble, François Chérèque, secrétaire général de l'Organisation, a été hier la cible de vives critiques. "François, l'image que tu as donnée de la confédération ne favorise pas l'adhésion", a ainsi martelé Patrick Rivel (métallurgie, Ain). En ligne de mire : la signature en catimini en 2003 de la réforme des retraites par François Chérèque, secrétaire général, qui s'est vu délivrer un "carton rouge" par ce syndicaliste très virulent, pour sa décision prise "sans consultation des instances". Des propos très vifs, tempérés par des interventions de délégués qui ne veulent certes "pas revivre ce genre d'épisode", a ainsi prévenu Magali Copija (protection sociale, Languedoc-Roussillon), mais souhaitent aussi tourner la page sur cette sale période. Des propos également hués par des cédétistes "fiers d'être à la CFDT", notamment parce qu'elle est "incontournable : seule, elle ne peut rien, mais rien ne peut se faire sans elle", a précisé Rémi Jouan, secrétaire national de la CFDT.Vigilance pour 2008. Si un satisfecit quasi unanime a été décerné à l'équipe sortante sur sa gestion du CPE, c'est en effet encore et toujours sur la question des retraites que se sont focalisées les critiques. "Ils disent que cela n'a pas été facile, mais que ça a été compris", indique Annie Thomas, secrétaire nationale chargée de l'Emploi. "Ils demandent du débat sans remettre en cause la démocratie participative. Le syndicalisme réformiste n'est pas remis en cause", enchaîne Rémi Jouan. Pour autant, l'équipe dirigeante devra compter avec les délégués issus de fédérations ou de régions traditionnellement oppositionnelles et ayant connu des départs massifs. Comme Daniel Metrich (équipement-région Est) pour qui "le choix de rester à la CFDT ne signifie pas que nous partageons la position de la confédération sur les retraites", ou Jacqueline Giraud Eyraud (Paca) qui critiquait "le coup médiatique" de la signature par la CFDT à la réforme des retraites. Tous deux seront en effet très vigilants en 2008 lorsqu'il s'agira de renégocier la réforme des retraites...François Chérèque qui répondra cet après-midi aux différentes interventions, peu avant le vote du rapport d'activité, devra également revenir sur les départs de militants (qui n'étaient pas que de farouches opposants à la ligne confédérale, mais aussi des militants de longue date, déçus du décalage qui existe entre la base et le sommet), s'il veut reconquérir les anciens adhérents et en attirer de nouveaux. Isabelle Moreau, à Grenoble

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :