CFDT : les opposants à Notat se radicalisent

On a réussi à faire plier Juppé. On a réussi à faire plier Bergougnoux et consorts. On réussira à faire plier Notat ! » La détermination de ce cheminot CFDT est sans doute à la mesure de la crise que traverse actuellement le syndicat de Nicole Notat. Après avoir été mise en cause par certaines de ses fédérations pour avoir délibérément soutenu le plan « Sécu » du gouvernement et dénigré le conflit du mois de décembre, l'opposition à la secrétaire générale de la CFDT se radicalise. Si la confédération a entamé la procédure d'exclusion à l'encontre du Sgen-Paris et mis nommément en cause certains militants de la CFDT, les qualifiant de « militants connus depuis longtemps dans l'organisation pour y promouvoir les thèses de l'extrême gauche dans laquelle ils militent », la riposte n'a pas tardé. Samedi, la fédération transports et équipement (FGTE) - la cinquième en nombre d'adhérents -, qui fut à la pointe du conflit de décembre, a réuni à Saint-Denis l'ensemble de ses syndicats pour faire « l'analyse du puissant mouvement social de ces dernières semaines » et tirer les conséquences de l'attitude de la direction confédérale dans cette affaire. Verdict, la FGTE, qui réclame depuis la fin des événements de décembre la convocation d'un congrès confédéral extraordinaire, a obtenu, en l'occurrence, le soutien de sa base. Plus de 90 % des syndicats ont soutenu l'analyse du mouvement défendu par la fédération et 55 % ont voté pour la réunion d'un congrès extraordinaire. Soutenue dans cette action par quelques unions régionales, fédérations et sections (la Basse-Normandie, Paca, l'Auvergne, la CFDT ANPE), la FGTE exige maintenant que cette revendication figure à l'ordre du jour du prochain conseil national confédéral, l'organe le plus représentatif de la CFDT, et qui se tiendra du 22 au 24 janvier à Paris. « La clarification des options confédérales passe par un congrès extraordinaire », juge-t-on à la FGTE. Pour le secrétaire général adjoint de la fédération, Claude Debons, le comportement de la confédération n'est pas une « péripétie ». « Pour la première fois de son histoire, l'organisation, qui faisait des luttes le moteur des transformations sociales, a été délibérément placée par la direction confédérale en dehors du mouvement. » L'opposition manifeste de la FGTE met néanmoins celle-ci dans une situation embarrassante. Rien ne dit que la direction confédérale acceptera de convoquer un congrès extraordinaire huit mois après la confirmation de Nicole Notat à la tête de l'organisation. Le fait est que la complexité des structures du syndicat rend les choses particulièrement difficiles. Pour réunir un tel congrès, il faut d'abord que la commission exécutive, puis le bureau national mettent ce point à leur ordre du jour. Or, on sait que ces deux structures sont majoritairement acquises à Nicole Notat. Pour en finir avec cette crise, la confédération est d'ailleurs tentée de régler ces désaccords politiques par une méthode plus expéditive. Elle envisagerait l'exclusion d'autres militants. Par ailleurs, si un congrès extraordinaire n'est pas convoqué, le conflit risque de conduire certaines sections à faire scission et à rejoindre SUD, lui-même issu d'une scission de la fédération CFDT des PTT. « Pour l'instant, cette tentation est marginale », assure-t-on à la FGTE. Durant toute l'assemblée générale, les représentants des syndicats ont d'ailleurs tenté de convaincre la base que l'on pouvait changer la CFDT de l'intérieur. « Nous devons nous donner les moyens d'agir et de décider ensemble de notre avenir. Il nous faut demain peser sur la recomposition syndicale, sans sortir du cadre interprofessionnel. Nous n'arriverons pas à rénover le syndicalisme s'il est constitué d'organisations autonomes et corporatistes », prévient Claude Debons. La bataille sur le sigle CFDT aurait-elle commencé ? PERRINE CHERCHÈVE

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.