Le jeu des think tanks bat son plein à Washington

 |   |  666  mots
Lysiane J. BauduFaites vos jeux, rien ne va plus ! Le nouveau casino n'est pas à Las Vegas, mais à Washington. Alors que l'administration Bush s'apprête à passer la main, les soirées de la capitale bruissent de mille rumeurs sur de nouvelles nominations ? celles de l'équipe Obama et des centaines de fonctionnaires qui vont remplacer les experts du parti vaincu au sommet de l'État. Qui fera partie du nouveau sérail ? Des anciens de l'administration Clinton ? De nouveaux venus de Chicago, base politique du candidat Obama ? Bien sûr. Mais les yeux se tournent également vers les think tanks (groupes de réflexion et d'influence) de K Street et de Massachusetts Avenue, à Washington. Des instituts de recherche qui ont pour mission de définir de nouvelles politiques puis de les divulguer auprès du public. Les cerveaux qui y travaillent sont donc tout désignés pour participer à une mission dans l'administration Obama. rupture avec l'ère BushMais alors que l'on attendait les instituts traditionnels, tels la Brookings Institution ou l'Economic Policy Institute, ce sont en fait deux petits nouveaux qui se distinguent pour l'instant : le Center for American Progress et le Center for a New American Security. Du premier viennent des spécialistes sur le climat, par exemple Robert Sussman, qui ont élaboré une nouvelle doctrine, en rupture avec l'ère Bush sur le réchauffement climatique. Du deuxième, des experts comme Susan Rice, qui ont mis au point le dispositif pour une sortie d'Irak sur lequel s'est appuyé le candidat Obama dans sa campagne. C'est donc une véritable consécration pour ces petites structures, parties de rien sinon du constat que les instituts traditionnels étaient devenus inaudibles, tant la domination conservatrice était totale à Washington. De fait, s'ils ont été discrédités par la guerre d'Irak dont ils s'étaient faits les avocats, puis finalement vaincus par la crise, que les citoyens attribuent à une déréglementation financière qu'ils avaient soutenue, les think tanks néoconservateurs ont fait pendant des années les beaux jours des administrations républicaines, celles de Reagan et des Bush père et fils. Ils avaient réussi à infiltrer, grâce à leurs réseaux, tous les rouages de l'État, influençant les politiques fiscale, sociale ou étrangère du pays. Les « néocons » étaient en fait incontournables. À tel point que même pendant l'ère Clinton, ils avaient continué de distiller leurs idées grâce à de multiples relais, universitaires et politiques. Payés grassement, les experts allaient et venaient entre l'administration républicaine et l'American Entreprise Institute, le Cato Institute, l'Heritage Foundation ou encore l'ATR (Americans for Tax Reform)?réformateursPour reconquérir le pouvoir, les démocrates ont suivi l'exemple, en constituant à leur tour un nouveau vivier réformateur. En 2003, John Podesta, ancien directeur de cabinet du président Bill Clinton, et actuel coprésident de l'équipe de transition de Barack Obama, crée le Center for American Progress. Il cherche d'abord des fonds, auprès de sympathisants à la cause, tels le financier George Soros, et d'autres millionnaires comme le producteur d'Hollywood Steve Bing, ou encore le couple Sandler, ce dernier ayant fait fortune grâce à l'industrie des prêts hypothécaires? Aujourd'hui, le Center for American Progress dispose d'un budget annuel de 25 millions de dollars et emploie 180 personnes. Un an avant la présidentielle, John Podesta a publié un ouvrage intitulé « Changing America : A Progressive Blueprint », sur lequel s'est appuyé le Parti démocrate pour élaborer ses propositions de campagne. Quant au Center for a New American Security, il a été fondé par des anciens de l'administration Clinton en 2007 et fonctionne aujourd'hui avec 6 millions de dollars par an et 30 salariés. De quoi rendre jaloux les think tanks néoconservateurs, qui s'apprêtent à effectuer leur traversée du désert ? et à accueillir les anciens de l'équipe Bush. Et dans les salons de Washington, on murmure d'ailleurs que leurs exigences salariales ne cessent de baisser? n++BSD++PasSupprimerBalise NePas supprimer ++BSF++

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :