« Je n'ai pas changé de vie »

 |   |  642  mots
Les Rencontres De Ruth Elkrief (BFM TV)Dans ma famille, on n'est pas du genre à parler de soi... » Et pourtant, à 57 ans, Roger Karoutchi fait bien plus, il se raconte longuement et il franchit le pas en révélant son homosexualité dans un livre intitulé?: « Mes quatre vérités ». Installé dans un fauteuil Empire de l'hôtel de Clermont, le secrétaire d'État au Parlement semble détendu et tranquillement réfute toute idée de « calcul politique ». Certains ont vu dans cette révélation un « coup de com » pour damer le pion à la glamour Valérie Pécresse, candidate contre lui aux primaires pour diriger la liste régionale en Île-de-France? « Je suis de droite, mon électorat est de droite, si c'est un calcul, il est risqué. Non, je ne l'ai pas fait avant, car ce n'était pas mûr dans mon esprit. Aujourd'hui, je suis heureux et c'est naturel. » Du coup, sa notoriété a grimpé brutalement et il est devenu « le premier ministre en fonction » qui se livre. Mais pas question d'aller plus loin?: promis, il ne fera pas de photos en couple, il a même refusé de se prononcer sur le mariage gay?: « Je n'ai pas changé de vie en quelques jours, je ne suis pas devenu un militant associatif, je respecte leur combat, mais je suis d'abord un élu gaulliste et ce serait très réducteur de penser que seules les personnes concernées doivent se prononcer sur ces questions de société. » Nicolas Sarkozy insistait pour que son ministre et conseiller de toujours vienne avec son compagnon aux week-ends du Pyla ou aux dîners officiels à l'Élysée, « J'avais des réticences », « C'est toi qui es ringard », m'a-t-il lancé pour me convaincre. Roger Karoutchi, fidèle parmi les fidèles avec Brice Hortefeux, n'aurait jamais franchi le pas dans le livre sans son consentement. « Tu es mon ami depuis trente-trois ans, si tu le fais, tu restes mon ami, si tu ne le fais pas, tu restes mon ami », voilà la réponse du président qui, depuis, n'a plus commenté l'information. Du côté des militants, pas de changement majeur, « certains me disent ?c'est courageux?, mais je reste prudent, ceux qui sont choqués ne viendraient pas me le confier »? « ?La seule chose qu'on ne peut pas vous enlever, c'est votre travail?, m'a toujours répété ma mère »? Brutalement sous le feu des projecteurs, le candidat ne ralentit pas le rythme de ses réunions publiques quotidiennes en région parisienne. « Valérie Pécresse joue beaucoup sur la séduction, je ne lâche rien, j'arpente le terrain sans relâche, pour toucher les 70.000 militants qui vont voter pour la primaire? »Roger Karoutchi affiche sa confiance pour ce premier scrutin interne à l'UMP? Ensuite, sur la bataille nationale, « ce ne sera pas facile, six départements sont à gauche, mais c'est jouable ». Engagé dans ce combat local, il ne peut pas pour autant lâcher prise sur les dossiers nationaux? Fils d'une famille de sept enfants immigrée du Maroc en 1956, agrégé d'histoire à 21 ans, militant RPR proche de Philippe Seguin, il a longtemps été dans les coulisses. Aujourd'hui, il se retrouve au front au Parlement, « quand il y a un vote important, je dois trouver la solution quelle que soit l'heure du jour ou de la nuit ». Négociation ou marchandage?: à chaque appel sur son téléphone portable, il décroche le vote d'un groupe sénatorial?: « Après les radicaux, ce sont les centristes, ils s'abstiendront, ouf? ! Le plan de relance du gouvernement est passé. » Il est 20?h?30, les manifestations contre la politique économique du gouvernement viennent de se disperser. nRoger Karoutchi, fidèle parmi les fidèles avec Brice Hortefeux, n'aurait jamais franchi le pas sans le consentement du chef de l'état.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :