Les primes à la casse relancent la production en Europe

 |   |  488  mots
Les primes à la casse ne sauveront pas le marché automobile européen. Mais elles amortissent quand même le choc de la crise. À tel point que les constructeurs, qui avaient déstocké au dernier trimestre 2008, se retrouvent à? court de voitures. Un comble. Il leur faut donc relancer la production, de leurs petits modèles au moins. PSA va ainsi accroître la fabrication des Peugeot 207 à Poissy de 550 à 900 unités par jour en avril et mai « pour répondre à des commandes supérieures aux attentes de 36 % en Allemagne », explique le groupe.Renault augmente aussi les cadences à Novo Mesto, où l'usine slovène des Twingo et Clio II repasse à trois équipes. Le site espagnol de Valladolid, centré sur la Modus, fait passer pour sa part sa cadence de 330 à 380 unités par jour, celle de Pitesti en Roumanie de 1.085 à 1.200. Le site de Douvrin dans le nord de la France, qui fabrique des petits moteurs, augmente aussi ses rythmes quotidiens de 1.300 à 1.450 unités. « Nos commandes en Allemagne ont été multipliées dernièrement par six pour Dacia et par deux pour les petits modèles Renault (Twingo, Clio, Modus) », affirme le constructeur au losange.Chez Opel, les commandes de petites Corsa ont triplé avec la prime à la casse en Allemagne. Du coup, l'usine d'Eisenach, en ex-RDA, fonctionnera de nouveau avec trois équipes ce mois-ci. Opel affirme que le niveau global des commandes de la marque a crû de moitié en Europe le mois dernier. Skoda, filiale tchèque de Volkswagen, annonce de son côté un retour à la semaine de cinq jours.prudencePour ralentir l'effondrement des ventes, les pouvoirs publics ont, depuis fin 2008, instauré progressivement des primes à la casse en Europe. Des mesures de soutien à l'achat d'un véhicule neuf ou récent contre la mise au rebut d'un vieux modèle fonctionnent en Autriche, Espagne, France, Italie, au Portugal, en Roumanie. Selon les analystes de la Deutsche Bank, les aides devraient accroître les ventes de 300.000 à 400.000 véhicules en 2009 outre-Rhin, de 100.000 en Italie, de 100.000 à 200.000 en France. Grâce à ces mesures, « le marché français ne devrait pas perdre plus de 50.000 unités sur 2009 », souligne le PDG de GM France, Sandro Malatto. Toutefois, les constructeurs demeurent prudents. « Si les ventes aux particuliers sont soutenues, le marché des flottes chute, comme celui des véhicules utilitaires », tempère le PDG. En outre, « avec des promotions record et l'accent mis sur les petits modèles, le prix de vente moyen plonge », assure le PDG de Ford France, Jean-Luc Gérard, qui reconnaît « un recul des marges d'un tiers sur un an ». « La Picanto (entrée de gamme) représente 40 % de nos ventes, contre 20 % il y a un an », signale le directeur général de Kia Motors France, Frédéric Verbitzky.Et, malgré les mesures de soutien, « nous maintenons nos prévisions d'un marché européen en recul de 20 % sur 2009. C'est quand même toujours la crise », note-t-on chez PSA.Alain-Gabriel Verdevoye

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :