Le Venezuela indemnise les cimentiers

 |   |  134  mots
Deux des cimentiers qui ont fait les frais des nationalisations décrétées par le président Hugo Chavez à partir de 2007, le français Lafarge et le suisse Holcim, vont recevoir 40 % de la somme convenue l'an dernier lors de l'opération, soit 378 millions de dollars. « Caracas a quatre ans pour s'acquitter du reste, sans intérêt », a par ailleurs précisé le ministre des Travaux publics. Holcim avait déposé un recours devant le tribunal d'arbitrage de la Banque mondiale en mars dernier, Caracas se faisant tirer l'oreille pour honorer sa dette. Après avoir repris en main le pétrole, puis l'électricité et les télécommunications, Chavez s'était attaqué en 2008 au ciment, avec des rachats, ou, faute d'accord financier, des expropriations, comme dans le cas du mexicain Cemex .

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :