Réforme de l'État  : bons et mauvais points

Il n'y a pas de bons et de mauvais élèves. » Alors qu'il dresse ce matin en Conseil des ministres un premier bilan de la révision générale des politiques publiques, Eric Woerth, qui la pilote en lien étroit avec l'Élysée et Matignon, veut éviter que l'exercice ne tourne à la cérémonie des prix, avec bons points et bonnets d'âne. À défaut de notes, c'est avec un système de feux tricolores (vert, orange, rouge) que le ministre du Budget, rapporteur de la RGPP, pointe l'état d'avancement, mesure par mesure, des 374 décisions prises depuis un an.Au total, Eric Woerth considère que 70 % des mesures décidées sont déjà bien avancées (feu vert). Parmi celles-ci, on peut citer la création des 90 bases de défense interarmées, la réorganisation de l'enseignement primaire, la réforme de la carte judiciaire, la fusion des administrations des impôts et du Trésor ou la mise en ?uvre de l'autonomie des universités? À ce petit jeu de la réforme de l'État, et malgré les précautions oratoires d'Eric Woerth, certains ministères semblent toutefois s'en tirer mieux que les autres. C'est le cas de l'Écologie (uniquement des feux verts) et de la Défense (aucun feu rouge). La Culture et le Travail figurent en queue de classement avec une proportion de feux rouges assez importante. Quand une mesure se voit accoler un feu rouge comme l'externalisation du parc automobile de l'État, cela ne signifie pas que cette décision est rejetée, s'empresse de préciser Eric Woerth. Cela peut s'expliquer par une complexité du dossier, un encombrement dans le calendrier des réformes ou le caractère trop récent de la décision. Ces obstacles techniques n'expliquent pas à eux seuls d'éventuels retards dans la mise en ?uvre de la RGPP. Parfois, l'administration fait de la résistance.Ainsi, sur le sujet du recensement du patrimoine immobilier des opérateurs de l'État (feu rouge), Eric Woerth a dû récemment menacer d'indexer la part variable du salaire des dirigeants de certaines agences comme l'ONF ou l'Afpa, sur la mise en ?uvre de cette mesure. Histoire que des progrès s'amorcent?Si la RGPP s'est attaquée, parfois frontalement à l'appareil productif de l'État, elle a néanmoins un « goût d'inachev頻, concède Eric Woerth. L'affaire de la carte famille nombreuse, l'épisode du RSA et la crise ont compliqué la tâche du gouvernement sur les dépenses d'intervention (politique familiale, assurance-maladie, etc.). Mais pour le ministre du Budget, ce n'est que partie remise. pas de moratoireDès l'année prochaine, ces dossiers pourront être rouverts. « La RGPP a toute sa place, surtout en temps de crise. Nous n'avons pas l'intention d'instaurer un moratoire sur les réductions d'effectifs de fonctionnaires. Ce n'est pas parce que le chômage augmente qu'on va embaucher tout le monde dans la fonction publique. » Côté chiffres et économies générées par la RGPP, le ministre du Budget rappelle que, hors mesures en faveur de la relance, la RGPP permet de stabiliser au niveau de l'inflation la progression des dépenses de l'État. Cet audit des politiques publiques documente également le non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux sur la période 2009-2011 et induit 7,7 milliards d'économies. Des chiffres sur lesquels Eric Woerth, que l'on accuse souvent de n'avoir qu'une vision comptable des choses, ne « veut pas se crisper » car « quand vous faites bouger l'administration, les gains sont infiniment supérieurs aux évaluations chiffrées fournies ». Le rapport d'étape délivré ce matin sera suivi d'autres. Une nouvelle mouture sera présentée en mars prochain. Les ministres sont prévenus. Même s'il ne s'agit pas de les classer les uns par rapport aux autres, le coup de projecteur donné, lors de ces rendez-vous sur la capacité ou la volonté de leurs administrations à se réformer, a des conséquences sur la perception que les Français ont d'eux. n Au total, Eric Woerth considère que 70 % des mesures décidées sont bien avancées.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.