Les Français un peu moins pessimistes

 |   |  339  mots
À quoi servent la politique économique, les plans de relance présentés à grand renfort de réunion de ministres ? Pour 57 % des Français, sondés les 30 et 31 janvier par BVA pour BFM et « La Tribune », l'action du gouvernement en la matière ne change rien à la situation économique. De quoi désespérer les pouvoirs publics? Ils se consoleront en constatant que cette proportion de désabusés a très légèrement baissé ces mois derniers. Et en voyant, surtout, que le nombre de sondés estimant que la politique aggrave la situation diminue sensiblement : alors que 25 % des personnes interrogées étaient dans ce cas en octobre, cette proportion a été ramenée à 21 %. En outre, le pourcentage de Français jugeant que l'action du gouvernement améliore, au contraire, les choses est passée, dans le même temps, de 11 % à 16 %.sentiment de révolte« C'est une amélioration indéniable » par rapport à la situation des mois précédents, estime Gaël Sliman, directeur de BVA Opinion. Pour autant, il n'y a pas là de quoi « rassurer plus que de raison les pouvoirs publics », affirme-t-il. « D'une part, le pessimisme et les craintes demeurent très majoritaires (les trois quarts des Français se déclarent de moins en moins confiants concernant la situation économique à venir). D'autre part, le sentiment de révolte, qui avait reflué au moment de l'annonce de la crise à l'automne, refait surface avec force. » 57 % de Français seraient prêts, en effet, à soutenir d'autres mouvements sociaux, tels celui du 29 janvier.Les sondés se montrent aussi inquiets pour leur propre sort, ou du moins celui de leurs collègues : 44 % d'entre eux estiment que des emplois pourraient être supprimés dans leur entreprise dans les mois à venir. À noter que ce sont les catégories supérieures (CSP +) qui font preuve du plus grand pessimisme à cet égard (52 % craignent des suppressions de postes), à l'inverse des réactions habituelles en temps de crise : les ouvriers et les employés sont d'ordinaire les plus touchés par les restructurations.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :