Le capital-investissement s'oppose au texte

 |   |  326  mots
« Les propositions de la Commission européenne visent les mauvaises personnes, au mauvais moment, d'une mauvaise manière. » Jonathan Russell, le président de l'Evca, l'association regroupant les professionnels européens du « private equity » (capital-investissement), n'en démord pas : les hedge funds et les fonds d'investissement ne doivent pas être soumis au même type de réglementation, comme le prévoit la proposition de directive dévoilée le 29 avril par la Commission européenne (lire ci-dessus). « Les contraintes introduites par le texte n'ont aucun sens pour le capital-investissement », abonde le secrétaire général de l'Evca, Javier Echarri. Sa principale crainte ? Que soit adoptée la proposition prévoyant l'obligation pour les fonds de « private equity » gérant plus de 500 millions d'euros de se soumettre à des règles de transparence sur la situation de leurs sociétés en portefeuille. Un travail de transmission d'informations coûteux en temps et en argent pour ces entreprises, qui « pâtiront d'un désavantage par rapport à leurs concurrentes qui n'appartiennent pas à un fonds d'investissement », estime- t-il. D'après Jonathan Russell, « 5.000 sociétés » seront concernées si la directive est votée.L'Evca « soutient les mesures » allant dans le sens d'une lutte contre « la logique financière de court terme », continue le président de l'Evca, « mais aucun des principaux travaux » publiés récemment n'a permis « d'identifier le capital-investissement » comme un acteur « posant un risque systémique ». « Il n'existe donc aucune raison » pour qu'il soit placé dans la même « catégorie » que « les fonds spéculatifs », tranche-t-il. « Au contraire des hedge funds, les fonds de ?private equity? ont une stratégie d'investissement de long terme. Les capitaux apportés par les investisseurs sont en effet bloqués pendant dix ans », ajoute Javier Echarri.La prochaine étape pour l'Evca ? « Faire pression » auprès des États membres de l'Union européenne pour que le texte soit amendé avant son vote au Parlement européen. Alexandre Madde

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :