Barclays Capital se lance dans le métier de la banque d'affaires en France

queBarclays accélère son développement en France. Présente en banque d'investissement à travers sa filiale Barclays Capital («BarCap »), elle vient de signer le recrutement de trois banquiers d'affaires qui vont lancer cette activité à Paris. Philippe Deneux, en provenance de Credit Suisse, sera le responsable des activités de fusions-acquisitions en France. Il prendra ses fonctions dès la semaine prochaine et sera assisté par deux autres banquiers à partir de la rentrée. confiance pour l'avenirBarclays Capital a en effet aussi recruté Cédric Robert et Nicolas Darius, actuellement chez Merrill Lynch à Paris. Ces trois banquiers formeront le socle de la banque d'affaires en France. D'ici à la fin de l'année 2009, ils seront rejoints par six autres jeunes banquiers, déjà chez BarCap aujourd'hui. La banque britannique n'exclut pas de recourir à un, voire deux autres recrutements en fonction des opportunités. Avec les autres activités (obligataires, gestion de couverture, financement d'acquisitions), la banque d'affaires comptera 30 personnes sur un total de 140 personnes chez Barclays Capital à Paris.Ce développement s'inscrit dans une stratégie bien précise pour la banque britannique. « Nous répliquons le schéma de l'ensemble de Barclays Capital qui consiste à se doter de tous les métiers de banque d'investissement depuis que nous avons repris Lehman Brothers aux États-Unis », explique Jean-Jacques de Balasy, directeur général de Barclays Capital pour la France et la Belgique. Auparavant spécialisée sur les métiers de dette, Barclays a récupéré l'ensemble des activités de marché action et de banque d'affaires aux États-Unis. Depuis quelques mois, elle ajoute ces métiers partout en Europe en recrutant environ 650 personnes sur les marchés et 65 personnes en banque d'affaires. Malgré l'effondrement du nombre d'opérations de fusion-acquisition, la banque britannique affiche sa confiance pour l'avenir. « Une fois la crise passée, les entreprises françaises reprendront les acquisitions qui restent un moyen de croissance qu'elles affectionnent », ajoute le patron de Barclays Capital en France. La banque sera prête pour la sortie de crise et le rebond de la croissance. M. Pe.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.