Les CCI toujours dans la tourmente

 |   |  357  mots
éformeMême si le dernier Conseil des ministres a adopté le projet de réforme des chambres de commerce et d'industrie (CCI), le gouvernement n'en a pas fini pour autant avec le dossier. D'ici au débat parlementaire, qui devrait intervenir à l'automne, certains présidents de chambre vont faire du lobbying auprès des parlementaires pour tenter de faire évoluer la réforme à coups d'amendements.Dans le cadre de la révision générale des politiques publiques (RGPP), le gouvernement avait sommé le monde consulaire de se réformer. Le projet gouvernemental préparé par Hervé Novelli, le secrétaire d'État chargé du commerce, reprend dans ses grandes lignes les propositions de l'Assemblée des chambres françaises de commerce (ACFCI) présidée par Jean-François Bernardin : réduction du nombre de chambres (100 contre 126), rôle clé reconnu à 22 chambres régionales dotées de pouvoirs accrus, mutualisation des moyens pour réaliser des économies.Mais tous les présidents de CCI ne sont pas d'accord. Ceux des grandes chambres ne veulent pas être traités comme leurs homologues des autres départements. financementDepuis des mois, Pierre Simon, le président de la puissante chambre de commerce et d'industrie de Paris (CCIP), conteste avec virulence l'éclatement de sa chambre au terme de la réforme pour entrer dans le droit commun. Avec le soutien discret de Christian Blanc, le secrétaire d'État à la Région capitale, il plaide pour que la CCIP garde sa spécificité au moment où l'État veut développer le Grand Paris. Il a d'ailleurs été rejoint, le 17 juillet, par les présidents de Lille, Lyon, Marseille, Bordeaux et Strasbourg, qui, dans une déclaration commune, ont estimé indispensable de calquer l'aire de compétence des CCI sur les futures métropoles qui devraient voir le jour à l'issue de la réforme territoriale.Autre sujet qui agite les CCI : le financement des chambres. Une taxe additionnelle à la taxe professionnelle, dont la suppression est programmée, leur permettait d'engranger 1,1 milliard par an. Le gouvernement s'est engagé à trouver une recette de substitution? sans préciser laquelle pour l'instant. P. C.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :