Un FILM CHIC ET CHOC

 |   |  190  mots
La déforestation en Haïti ou à Bornéo, les gigantesques mines à ciel ouvert en Afrique, les dégâts de la sécheresse en Australie, les chantiers pharaoniques et dispendieux de Dubaï, la gabegie de Las Vegas? Le tout filmé depuis un hélicoptère. Avec son film chic et choc, Yann Arthus-Bertrand devrait atteindre son objectif : faire prendre conscience au grand public qu'il reste très peu de temps pour sauver la planète et l'humanité. Pour ce faire, le photographe utilise la recette qui fait son succès depuis « la Terre vue du ciel » : présenter des images magnifiques aux couleurs chatoyantes de notre monde. Ses splendeurs comme ses maux. Les images, si belles, ne risquent-elles pas d'occulter un peu le propos terrifiant ? Pendant deux heures (une durée un peu longue peut-être), une voix off (celle de l'acteur Jacques Gamblin) nous explique les ravages causés par l'homme sur son environnement. En 2006, Al Gore, avec « Une vérité qui dérange », avait choisi de faire appel à la raison, Yann Arthus-Bertrand, lui, joue davantage sur l'émotion. Mais l'objectif reste le même. J.-C. C.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :