Nous sommes tous des Lettons

 |   |  384  mots
chronique du contrarianConnaissez-vous la Lettonie ? C'est un petit pays d'Europe du Nord, un des trois pays Baltes avec la Lituanie et l'Estonie, redevenu indépendant en 1991 après l'explosion de L'URSS et membre de l'Union européenne depuis 2004. Un pays de moins de trois millions d'habitants qui a déjà subi un revers en 2009 : il n'a pas fait partie des 25 finalistes de l'Eurovision. Mais c'est cette semaine que la Lettonie a fait une entrée fracassante dans les actualités financières : le gouvernement n'a pas réussi à lever sur les marchés 100 millions de dollars de dettes à court terme nécessaires à financer son déficit. Le FMI va devoir intervenir. L'Union européenne aussi. En attendant, la devise lettone (le lats, comme vous le saviez sûrement?) s'est effondrée, entraînant les autres devises des pays de l'Est et provoquant une chute des valeurs bancaires suédoises, la Suède étant le principal bailleur de fonds de la Lettonie. « So what » me direz-vous ? L'Islande a coulé, l'Espagne, la Grèce et le Portugal tanguent, pourquoi s'intéresser à un État microscopique comme la Lettonie ? Pour une raison simple. Fin 2009, une adjudication du Trésor américain va échouer. Les Chinois ne voudront pas des T-Bonds, les Japonais non plus et les pays du Golfe encore moins. La Fed, elle, ne pourra plus maintenir sa politique de fuite en avant de rachat d'obligations du Trésor ; Bernanke a commencé cette semaine à revenir à la raison et les banques n'auront pas assez des 65 milliards de dollars qu'elles ont levés en mai pour venir à la rescousse d'un Trésor qui les a pourtant sauvées de la faillite annoncée. Le trait est gros ? Les États-Unis ne sont pas la Lettonie ? Catastrophisme paillettes ? Certes. Mais je ne sais plus quelle ficelle, même grosse, tirer pour que le problème de la dette des grands États devienne une priorité absolue. Car les États sont les derniers recours. Les banques se sont tournées vers les États, mais vers qui ces derniers pourront-ils se tourner ? nLes États-Unis ne sont pas la Lettonie ? Catastrophisme paillettes ? Certes. Mais je ne sais plus quelle ficelle tirer, même grosse, pour que le problème de la dette des grands États devienne une priorité absolue.par Marc Fiorentino, PDG d'Allofinance.com

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :