Balise

++BSD++Balise NePas supprimerBalise système ++BSF++Credit Suisse plonge au c?ur de la crise. Jusqu'ici, la banque suisse paraissait relativement moins touchée que ses concurrentes même si elle a enregistré des pertes de 2,15 et 1,3 milliard de francs suisses (1,4 milliard d'euros et 845 millions d'euros) au premier et au troisième trimestre. Elle s'était du coup payé le luxe de refuser l'aide publique pour se recapitaliser forte du soutien d'investisseurs du Moyen-Orient. Mais, cette fois-ci, Credit Suisse a essuyé une perte de 3 milliards de francs suisses, (1,95 milliard d'euros) entre octobre et novembre. La banque laisse entendre que c'est d'ailleurs sur le seul mois d'octobre qu'elle a extrêmement souffert puisque « Credit Suisse a généré un bénéfice net modeste en novembre », explique-t-elle. Les pertes ont été subies dans la banque d'investissement alors que la banque privée a enregistré de « vigoureux afflux de capitaux ». Le trimestre n'est pas encore fini que Credit Suisse accuse déjà une perte importante. Au regard des résultats depuis le début de l'année (voir graphique), Credit Suisse risque d'afficher un exercice 2008 dans le rouge même si la banque s'est gardée de le dire. À la suite de cette nouvelle perte, les trois dirigeants du groupe vont devoir renoncer à leur bonus cette année, comme d'autres l'ont fait ces dernières semaines.25 % des effectifsFace à ces lourdes pertes et aux sombres perspectives pour 2009, la banque a décidé de frapper fort en accélérant massivement la restructuration de sa banque d'investissement. Credit Suisse va ainsi supprimer 5.300 emplois au premier semestre 2009, soit environ 11 % de ses effectifs totaux qui s'élèvent à 50.000. L'essentiel de ces coupes sera réalisé dans la banque d'investissement qui compte 21.300 salariés, dont les effectifs seront ainsi réduits de 25 % d'un coup ! Pour autant, si les activités de marchés sont les plus touchées, la banque d'affaires le sera aussi. « Il a été demandé à toutes les équipes de participer à cet effort », explique un banquier de Credit Suisse. Ces suppressions d'emplois coûteront 900 millions de francs suisses mais permettront à la banque de réaliser 2 milliards de francs d'économies, soit environ 9 % de ses coûts des neuf premiers mois de l'année 2008.Pour parfaire sa restructuration, la banque a indiqué que les actifs pondérés en fonction du risque seraient réduits de 43 % à fin 2009 par rapport à fin 2007, à 135 milliards de dollars. Les métiers de produits structurés seront drastiquement réduits pour orienter la banque vers les produits de flux, plus liquides. Les activités pour le compte propre de la banque seront également en grande partie supprimées. Credit Suisse privilégiera, comme toutes les banques d'investissement, les métiers tournés vers la clientèle et l'intermédiation, sans origination de produits.Le directeur général, Brady Dougan, a assuré que Credit Suisse était « fermement ancrée dans notre modèle intégr頻. Une manière de souligner la différence avec sa rivale UBS qui a isolé sa banque d'investissement de sa gestion de fortune. nMatthieu Pechberty

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.