BNP Paribas mandatée pour lancer trois « sukuk »

 |   |  308  mots
C'est une preuve de plus que l'étau se desserre un peu sur le marché des obligations islamiques, les « sukuks ». Après la récente initiative indonésienne d'émettre une obligation en dollars, et les velléités d'autres pays de suivre cette voie ? Bahreïn prépare une émission de 500 millions de dollars ?, BNP Paribas vient d'annoncer qu'elle avait obtenu des mandats de la part de trois sociétés du Golfe en vue d'arranger des émissions du genre. « Une fois la structure montée, nous nous attachons maintenant à mesurer l'appétit des investisseurs, afin de trouver la meilleure fenêtre de lancement, d'affiner notre stratégie de distribution et, surtout, déterminer le prix auquel nous allons proposer cette émission au march頻, explique Jacques Tripon, responsable de cette division au sein de la banque à Bahreïn. À cette fin, les opérations en cours constituent une bonne référence. « Le fait que l'émission indonésienne ait été sursouscrite nous conforte dans notre approche, explique-t-il, même si ce pays n'est pas catalogué comme le Qatar, Bahreïn ou Abu Dhabi, en « catégorie investissement »». Pour l'heure, BNP Paribas espère pouvoir lancer les émissions d'ici à la fin du mois de juin. Mais, dès lors qu'il s'agit d'une réouverture du marché, les montants restent limités, et les durées de l'opération plus courtes. Il s'agit d'obligations ayant une maturité comprise entre 3 et 5 ans, et dont les montants levés restent compris entre 200 et 300 millions. En 2007, BNP Paribas avait été en charge de trois opérations : l'une concernait une société saoudienne (Saad Trading, Contracting & Financial Services), et les deux autres deux sociétés du Koweït (United Real Estate Company et NIG). En 2008, compte tenu de la difficulté du marché, aucune opération n'avait été lancée. M. B.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :