L'année noire

 |   |  422  mots
Pouvait-on imaginer un autre scénario, avec des cours du pétrole au plus haut durant la moitié de l'année et la crise économique ensuite?? En 2008, le déficit commercial français a atteint 55,7 milliards d'euros selon les chiffres rendus publics hier par Anne-Marie Idrac, la secrétaire d'État au Commerce extérieur. Ce déficit n'était, si l'on peut dire, que de 40,6 milliards en 2007. Pour la cinquième année consécutive, les importations sont donc supérieures à nos exportations en valeur.Cette nouvelle dégradation, commente Bercy, est imputable principalement à la facture énergétique (82 milliards d'euros d'importations), même si la chute des cours du pétrole en fin d'année dernière a permis de limiter la casse. Cette tendance se confirmant, on peut donc espérer une amélioration du solde en 2009, pronostique Anne-Marie Idrac.Pour la première fois cette année, le secteur de l'automobile participe à la dégradation (voir ci-contre). Malgré les mesures gouvernementales destinées à soutenir le secteur, l'amélioration risque d'être plus problématique que pour l'énergie.Hors énergie et automobile, le solde commercial s'est amélioré de près de 3 milliards d'euros. L'agroalimentaire (+?8 %), les biens d'équipements (+?4 %) et ceux de consommation (+?3,5 %) ont heureusement tiré les exportations françaises, malgré des déceptions en fin d'année. Les ventes de produits pharmaceutiques ont, elles, augmenté de 8,2 %?: l'excédent atteint 5,1 milliards.cap sur les émergentsDu point de vue géographique, les exportations vers les pays émergents ont été plutôt satisfaisantes vu la conjoncture internationale. Celles vers l'Amérique latine ont crû de 18 %, celles vers le Moyen-Orient de 8 %, et vers l'Asie de 4 %. Bien que structurellement fluctuantes, les signatures de grands contrats aéronautiques (Airbus) et de biens d'équipement dans les pays émergents ont permis de dégager 31 milliards d'euros, presque aussi bien qu'en 2007 qui avait été une année historique de ce point de vue (38 milliards).En revanche, les échanges avec les autres pays européens ont été décevants puisqu'en un an, le déficit commercial est passé de 16 à 26 milliards d'euros. Nos exportations ne cessent de se réduire depuis que nos voisins sont entrés en récession (? 2 % sur l'année vers le Royaume-Uni, ? 9,3 % vers l'Espagne).Dans ce sombre tableau, Anne-Marie Idrac a trouvé un sujet de satisfaction?: la compétitivité de la France, tant pour les coûts que pour les prix, s'est même redressée dans la deuxième partie de 2008.?n les échanges avec certains pays européens ont été décevants.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :