Zuma, troisième successeur de MandelaJacob Zuma a été élu hi...

 |   |  343  mots
Zuma, troisième successeur de MandelaJacob Zuma a été élu hier président de la République d'Afrique du Sud. Et bien élu, puisque l'African National Congress (ANC), dont il était le candidat, avait recueilli 66 % des suffrages aux élections du 22 avril. Ce quatrième chef d'État sud-africain depuis la fin de l'apartheid n'a rien pour inspirer confiance à l'observateur confortablement installé dans son bureau en Europe. C'est un Zoulou qui revendique bien haut les valeurs guerrières de sa nation. Il a commencé sa vie en gardant les chèvres dans son village, et n'a appris à lire et écrire que bien plus tard. Il parle assez mal l'anglais. Il n'aime pas les Blancs. Il est polygame, quoique chrétien. Il traîne des casseroles, même si la justice a fini par passer l'éponge dans toutes les affaires où il était compromis : plusieurs histoires de corruption et un viol. Dans ce dernier cas, il a expliqué tranquillement que, dans le code de l'honneur zoulou, un homme se doit de satisfaire une femme qui lui fait des avances. Bref, Jacob Zuma, 67 ans, est mal dégrossi si on le compare à ses raffinés prédécesseurs Nelson Mandela, Thabo Mbeki et, pendant quelques mois d'intérim, Kgalema Motlanthe. Mais il est immensément populaire. La plus grande puissance économique d'Afrique subsaharienne a choisi, dans des élections pluralistes et transparentes, cet homme-là. Pour les quelque 40 % de Sud-Africains qui vivent dans la pauvreté, il incarne l'espoir. La légitimité, c'est ce qui distingue le nouveau président sud-africain de ses homologues du continent (à l'exception d'une poignée de pays démocratiques). Comme pour souligner ce contraste, hier, la doyenne des juges d'instruction du pôle financier de Paris a jugé recevable la plainte pour « recel de détournement de fonds publics » déposée notamment par Transparency International contre Omar Bongo (Gabon), Denis Sassou Nguesso (Congo) et Teodoro Obiang (Guinée équatoriale). Une information judiciaire peut donc être ouverte contre ces dictateurs qui se sont enrichis sur le dos de leurs pays.sgherardi@latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :