La Pologne restructure son secteur énergétique

 |  | 795 mots
Lecture 4 min.
En Pologne, le secteur énergétique connaît actuellement une crise majeure de financement, probablement la plus importante de son histoire et de celle de l'Union européenne (UE). La capacité de production totale s'élève à 35.000 mégawatts (MW), ce qui est largement insuffisant pour soutenir la forte croissance de l'économie du pays. En effet, la consommation énergétique progresse chaque année de 4 % à 5 %. En outre, cette capacité de production existante est technologiquement dépassée : la plupart des unités de productions datant de vingt à trente ans atteignent leur limite de durée de vie et sont jugées trop polluantes. Aussi, elles seront obligatoirement retirées d'ici à 2020.Le sous-investissement chronique de ces dernières années se traduit par un déficit dans la production électrique de pointe, créant un réel problème de sécurité d'approvisionnement. Les pénuries d'énergie, suite aux grandes chaleurs de l'été 2007, ont clairement démontré que les limites de production ont été atteintes. Les pénuries seront plus fréquentes et devraient culminer vers 2015.Rendre propre la filière charbon.Le gouvernement estime qu'une capacité de production minimale de 1.000 MW doit être mise en oeuvre chaque année pour garantir la sécurité de l'approvisionnement. Le ministre de l'Économie a chiffré l'investissement nécessaire d'ici à 2025 à 50 milliards d'euros. Cela montre l'amplitude de la demande et des opportunités. Plus de 90 % de l'électricité produite en Pologne est générée à partir de lignite et de charbon dur. Cette dépendance vis-à-vis du charbon sera difficile à abandonner, le secteur faisant vivre directement et indirectement des centaines de milliers de personnes. Les vieilles technologies de combustion doivent être remplacées par des technologies propres, y compris celles basées sur la production de carburants liquides et gazéifiés tirés du charbon. Cette orientation a été identifiée comme une priorité par le gouvernement dans la planification stratégique du développement énergétique d'ici à 2030. Les abondantes réserves de charbon pourraient ainsi aider le pays à devenir indépendant en matière d'énergie. Toutefois, il aura besoin des nouvelles technologies et du capital nécessaire à l'implémentation de ce plan.Boom des énergies renouvelables.Une autre priorité des autorités est de développer des sources d'énergie renouvelables comme la biomasse, le biogaz et l'éolien. La Pologne a récemment vécu un boom dans la construction de parcs d'éoliennes. Des investisseurs et industriels ont montré beaucoup d'intérêt pour ces projets. La Commission européenne prévoit que 15 % de l'énergie consommée dans ce pays d'ici à 2020 proviendra de sources renouvelables. Le gouvernement a pris une série de mesures destinées à soutenir les investissements, telles qu'un système de certificats verts, des exemptions fiscales...Énergie nucléaire au programme.Il a également défendu la nécessité de développer avant 2020 une industrie nucléaire pour répondre aux besoins croissants en électricité. De 2005 à 2007, il a favorisé la consolidation de l'industrie énergétique. Quatre groupes polonais, Polska Grupa Energetyczna (Groupe d'Énergie Polonais), Enea, Tauron et Energa ont exprimé leur intérêt pour investir dans ce secteur et élaborer des plans pour construire de nouvelles unités de production à travers le pays. La privatisation prochaine de ces groupes devrait augmenter l'attrait des investisseurs étrangers. Enea sera le premier à être privatisé et introduit à la Bourse de Varsovie fin 2008. L'offre publique de Polska Grupa Energetyczna devrait être lancée en 2009, suivie par celle de Tauron. La privatisation d'Energa devrait s'effectuer à travers la vente d'actions à des investisseurs privés par le biais de négociations, sur la base d'une offre publique.Certaines grandes entreprises cotées en Pologne, telles que Polskie Górnictwo Naftowe i Gazownictwo (Forages Pétroliers et Gaziers) ou KGHM Polska Mied; (KGHM Cuivre), pourraient aussi contribuer au développement du secteur énergétique du pays. De plus, Kompania WGlowa (Compagnie des Charbonnages), leader européen, ainsi que RWE Power ont fait part de leur intérêt d'investir dans de nouvelles unités de production. Parmi les entreprises étrangères déjà actives en Pologne, seules Vattenfall, RWE, CEZ, Electrabel et EDF s'inscrivent dans cette logique. EDF, premier investisseur dans le secteur énergétique du pays, contrôle plusieurs entreprises, dont Elektrownia Rybnik et Kogeneracja.Les cinq prochaines années seront donc décisives pour le secteur énergétique. Son potentiel et l'accès aux ressources domestiques en font un élément clé du système énergétique européen. Aussi, sa modernisation et l'expansion de ses capacités de production ne sont pas seulement un enjeu de première importance pour la Pologne mais aussi pour l'ensemble de l'UE.(*) associé responsable du département énergie du cabinet DLA Piper Pologne

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :