Les Banques Populaires et l'Écureuil officialisent leur union

L'affaire est entendue : les Caisses d'Épargne et les Banques Populaires vont se marier. Le conseil d'administration de la Banque fédérale des banques populaires (BFBP) et le conseil de surveillance de la Caisse Nationale des Caisses d'Épargne (CNCE) se réunissent ce matin pour donner leur feu vert à l'ouverture de négociations exclusives en vue de rapprocher ces deux organes centraux. Ce projet s'inscrit, selon leurs dirigeants dans le cadre de la consolidation bancaire en Europe qui s'accélère. L'objectif des deux banques est de signer un accord final avant la fin de l'année 2008. L'Écureuil et les Banques Populaires se félicitent de créer un nouveau géant bancaire français disposant de 40 milliards d'euros de fonds propres et de 500 milliards d'euros de dépôts. Fort d'un réseau de 7.500 agences, il capterait 25 % de parts de marché de la banque de détail en France et son produit net bancaire avoisinerait les 16 milliards d'euros.FUSION ENTRE EGAUXLes contours de ce rapprochement sont loin d'être arrêtés. Mais, selon nos informations, le schéma d'une gouvernance à conseil de surveillance et directoire serait privilégié. A priori, Philippe Dupont, président des Banques Populaires, hériterait de la responsabilité du directoire. Charles Milhaud, son pendant aux Caisses d'Épargne, prendrait la tête du conseil de surveillance. De leur côté, Nicolas Mérindol et Bruno Mettling, respectivement directeur général de l'Écureuil et des Banques Populaires pourraient logiquement siéger au directoire. Ce schéma aurait l'avantage de respecter les susceptibilités. L'objectif final des deux groupes mutualistes reste de parvenir à une fusion entre égaux. Cette condition sine qua non au projet de rapprochement posera la question des valorisations des organes centraux des Caisses d'Épargne et des Banques Populaires et de leur périmètre. Elles seront d'autant plus cruciales pour l'Écureuil dont la fragilité financière liée à ses acquisitions tous azimuts (Nexity, Meilleurtaux) pourrait assombrir les préparatifs du mariage. Dans le même temps, la fusion des deux banques devra faire l'objet d'une modification législative. La loi de 1999 relative à l'épargne et à la sécurité financière confie en particulier à la CNCE les attributs d'un chef de réseau. Toutefois, compte tenu des déclarations du chef de l'État en faveur d'une accélération de la consolidation bancaire hexagonale, cet obstacle pourrait cependant être levé rapidement.La problématique sociale devra également être abordée. Les salariés de la CNCE pourraient en particulier faire les frais de ce mariage. L'organe de tête des Caisses d'épargne emploie 1.000 personnes, une " armée mexicaine " de l'aveu d'une source interne, au regard des 500 personnes que compte la Banque fédérale des banques populaires. " Même pour piloter un groupe totalisant 100.000 personnes, un effectif de 1.500 personnes est excessif ", observe cette source.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.