Les prix à la pompe reculent depuis juin

 |   |  389  mots
Enfin une bonne nouvelle pour le porte-monnaie des ménages. Dans le sillage du repli des cours du brut amorcé en juillet, les prix à la pompe poursuivent leur reflux. Selon l'Union française des industries pétrolières (Ufip), le prix du litre de sans-plomb 95 s'élevait en moyenne à 1,2949 euro en moyenne en octobre, contre 1,4882 euro en juin, ce qui représente une baisse de 13 %. Sur la même période, le prix du litre de diesel a reculé de 15 %, à 1,2097 euro. Point intéressant, les prix hors taxes du litre de ces deux carburants, taxes qui représentaient 60 % du litre de sans-plomb et 52 % du litre de diesel en 2007, ont tous les deux reculé de 25 % environ entre juin et octobre. Or, parallèlement, le cours du brut chutait de 54 %. Certaines mauvaises langues pourraient penser que les distributeurs n'ont pas complètement reporté le repli des cours du brut sur les prix à la pompe, malgré l'étroite vigilance de Bercy? le diesel moins bien lotiCe repli des prix à la pompe s'est accéléré en octobre. En effet, si les prix du litre de sans-plomb 95 et de diesel affichaient des hausses annuelles de 1,8 % et de 7,3 % au cours du mois dernier, ces augmentations de prix s'élevaient encore à + 10 % et + 16,8 % en septembre. Comment expliquer cette progression plus rapide du prix du diesel par rapport à celle du sans-plomb ? Selon les experts du secteur, c'est leur cotation sur deux marchés distincts qui explique cet écart. Les différences entre les marges de raffinage de ces dérivés du pétrole sont également avancées, différences récemment dénoncées par UFC-Que choisir. « En raison du déficit croissant de capacité de raffinage sur le segment du distillat moyen qui regroupe notamment le diesel, cette marge est passée de 2 centimes d'euros en 2002 à 17 centimes en mai dernier pour un litre de diesel, alors que celle sur l'essence est restée stable, à 2 ou 3 centimes », selon l'association de consommateurs. Ce repli des prix à la pompe est-il durable ? Les récentes prévisions de l'Agence internationale de l'énergie (AIE) qui tablent sur une remontée du brut à 100 dollars sur la période 2008-2015 et à 200 dollars en 2030 ne sont pas rassurantes, même si on peut imaginer qu'à cette date les voitures propres entièrement décarbonées seront majoritaires sur les routes. Fabien Piliu

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :