L'Irak poursuit sa fragile normalisation

 |   |  207  mots
démocratie Fort de sa victoire sur les partis chiites d'Irak lors des élections des assemblées provinciale du 31 janvier, le Premier ministre irakien, Nouri Al-Maliki, est désormais en meilleure posture pour affronter les législatives prévues sans doute fin 2009. Selon des résultats préliminaires, la formation du Premier ministre, Coalition pour l'État de droit, est arrivée en tête du scrutin dans huit des neuf provinces du Sud, fiefs des partis chiites. Ceux-ci perdent aussi la haute main sur Bagdad. Les législatives offriront au chef de l'exécutif l'occasion de conforter la thématique de campagne qui a fait son succès en janvier, centrée sur la laïcité et la sécurité. Certes, les aides financières dont ont bénéficié ces derniers mois les populations des provinces du Sud ont pesé dans la balance. Mais cela ne retire rien au rôle positif joué par la restauration progressive de l'ordre à travers le pays dont est crédité le Premier ministre, ainsi qu'à l'insatisfaction suscitée par le Conseil suprême islamique irakien auquel nombre d'électeurs reprochent de ne pas avoir amélioré la situation dans les provinces qu'il contrôlait depuis quatre ans. L. C.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :