L'art du commerce

 |   |  330  mots
Même la Chine commence à se soucier du respect de la propriété intellectuelle. Un comble pour ce pays réputé abriter le plus grand nombre d'actes de piraterie au monde, dans la musique et le cinéma, mais aussi dans le logiciel ou l'industrie. Sans aller jusqu'à une volte-face, cette sensibilisation témoigne surtout du certain réalisme économique de ses dirigeants. Un exemple récent illustre ce glissement : alors que les Chinois sont de très gros consommateurs de jeux vidéo, certains grands éditeurs locaux de jeux en ligne, désormais soucieux d'exporter, font pression sur Pékin pour mieux protéger la propriété intellectuelle. Pour monter dans la chaîne de valeur de la production mondiale, la Chine élabore une doctrine plus stricte sur ce sujet. Car les centres de recherche se multiplient aux côtés des usines-ateliers du monde, et les brevets chinois vont prendre de la valeur. Le respect de la propriété intellectuelle et du droit d'auteur n'est pas une réaction défensive de pays nantis. C'est un instrument de la compétitivité économique. Le second sommet mondial du droit d'auteur qui s'ouvre aujourd'hui à Washington s'attache à rappeler cette évidence (lire page 12). Un rappel qui n'est pas superflu quelques semaines après les arguments entendus en France au sujet du projet de loi de lutte contre le téléchargement illégal sur Internet. La Banque mondiale a ainsi mis sur pied un programme pour aider des pays d'Asie, d'Afrique ou d'Amérique du Sud à protéger les droits de leurs créateurs artistiques. Car le respect de ce droit est un facteur de commerce et de développement économique. C'est parce que la propriété intellectuelle est bien protégée que des géants du luxe comme LVMH (droit des marques), de la pharmacie comme Sanofi-Aventis (droit des brevets) ou du logiciel comme Dassault Systèmesave;mes (droit d'auteur) peuvent émerger, et non l'inverse. jbjacquin@latribune.fr Jean-Baptiste Jacqu

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :