les syndicats reçus hier à l'Élysée par le chef de l'État

« Il y a urgence sur le Smic pour des raisons d'efficacité économique et de justice sociale », a souligné hier Jean-Claude Mailly, le leader de FO, reçu par Nicolas Sarkozy avec les autres patrons des centrales syndicales. Jean-Claude Mailly craint toutefois qu'une revalorisation du Smic « ne soit pas dans les tuyaux ». Le gouvernement s'est en effet déclaré défavorable à un coup de pouce du Smic au 1er juillet. Le chef de l'État recevait hier, en compagnie de Brice Hortefeux, ministre du Travail, les leaders des six organisations syndicales représentées au Bureau international du travail (CGT, CFDT, FO, CFTC, CFE-CGC et Unsa) pour préparer son intervention devant la conférence annuelle de l'Organisation internationale du travail (OIT) organisée le 15 juin à Genève. À cette occasion, Jean-Claude Mailly lui a notamment fait part de son souhait que « dès qu'une organisation internationale, comme la Banque mondiale par exemple, intervient, l'OIT soit systématiquement impliquée pour vérifier que les normes sociales sont bien respectées ». Difficile également de passer sous silence l'actualité sociale franco-française, à quelques jours de la journée de mobilisation du samedi 13 juin organisée dans toute la France à l'appel de huit organisations syndicales. Dans une plate-forme commune de revendications, celles-ci demandent notamment au gouvernement de « revaloriser le Smic, les minima sociaux, les pensions et les retraites ». I. M.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.