Paris et Berlin affichent leurs ambitions pour la Commission

Angela Merkel n'avait pas attendu les résultats des élections européennes pour formuler ses exigences sur la nouvelle commission. Dans une interview dimanche à « Bild am Sonntag », la chancelière explique que les domaines économiques comme « la concurrence, le marché intérieur ou l'industrie » sont intéressants pour l'Allemagne. L'actuel représentant allemand à Bruxelles, le social-démocrate Günter Verheugen, est actuellement en charge de l'industrie. Pour Angela Merkel, son successeur devra être membre de son parti la CDU. La France, elle, est « candidate pour un poste de commissaire sur un sujet stratégique, qui corresponde à son poids politique et à son poids économique en Europe », a expliqué, hier, Bruno Le Maire. Mais le secrétaire d'État aux Affaires européennes a prévenu qu'« il ne peut pas y avoir de bisbilles entre nous (et l'Allemagne) sur ce sujet ». R. G., à Francfort et Y.-A. N.,  à Bruxelle

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.