Peurs sur les profits à Wall Street

 |  | 497 mots
cite>Alcoa a bien mal ouvert le bal mardi. Parmi les toutes premières valeurs de l'indice Dow Jones à publier ses comptes pour le troisième trimestre, le producteur d'aluminium a sérieusement déçu les attentes des analystes avec un résultat en chute de 51 % à 268 millions de dollars. Bank of America a devancé son calendrier pour dévoiler un bénéfice en baisse de 68 % mardi. Une mauvaise surprise là encore.Et pourtant, les bureaux d'analyse avaient revu à la baisse leurs prévisions de résultats, pour Alcoa comme le marché dans son ensemble. Sur le seul mois de septembre, le consensus des prévisions sur l'indice S&P 500 a été corrigé de 6,04 %, après une révision de 5,1 % en août, si l'on en croit les données compulsées par Bloomberg. C'est particulièrement vrai dans la finance, après le sauvetage de grands établissements aux États-Unis comme en Europe. Le consensus a été modifié de 39,35 % en septembre.Mais d'autres secteurs de l'économie commencent à souffrir, comme celui des matériaux (- 5,93 %) ou les valeurs industrielles (- 2,97 %). Ces deux secteurs ont connu des révisions plus importantes encore pour le quatrième trimestre (- 6,3 % et - 4,1 %). Les craintes sur l'économie américaine et le reste du monde mais aussi les inquiétudes sur le système bancaire ont pesé dans les scénarios.BAISSE ATTENDUE DES RESULTATS DE 68 % POUR LA FINANCEAu final, selon les données Thomson Reuters, les résultats pour le troisième trimestre pour le S&P 500 devraient être en retrait de 4,8 % par rapport au troisième trimestre 2007. A fin août, les bureaux d'analyse n'envisageaient qu'une décrue de 1,1 %. Sans surprise, le mauvais élève devrait être la finance, avec une baisse attendue des résultats de 68 %. Mais la consommation cyclique, les télécoms et la consommation de base devraient aussi afficher des résultats en baisse, de 9 %, 5 % et 1 % respectivement. À l'inverse, l'énergie pourrait encore se distinguer, avec une hausse attendue des profits de 52 %.Pour la totalité de 2008, le consensus est à une baisse de 2,8 % des profits des sociétés du S&P 500, selon Bloomberg. Hors financières, le bilan serait encore positif de 8,6 %. Mais cela pourrait encore évoluer. " Personne n'avait anticipé que le crédit deviendrait à ce point inaccessible ", soulignait en début de semaine Tobias Levkovich, le stratège de Citigroup. " Cela affecte déjà les tendances de l'activité. " La banque prédit aujourd'hui une chute de 9 % des résultats sur l'année, " sans compter les risques croissants pesant sur le quatrième trimestre, alors que l'économie mondiale trébuche ". La remontée du dollar pourrait être un nouveau handicap.Faut-il reprendre espoir avec 2009 ? L'actuel consensus laisse entrevoir un bond de 20,2 % des profits. Une vision bien trop optimiste pour les stratèges qui s'attendent à de fortes révisions. La saison de publication qui démarre pourrait être l'occasion pour les sociétés de souligner les difficultés d'activité qui s'annoncent.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :